Ryanair licencie six employés pour une "fausse photo"

  • A
  • A
Ryanair licencie six employés pour une "fausse photo"
"Les six membres d'équipages de Porto ont été licenciés le lundi 5 novembre (...) pour faute grave", a annoncé Ryanair. @ JOSEP LAGO / AFP
Partagez sur :

Le 14 octobre dernier, ils avaient publié une photo d'eux allongés par terre afin de dénoncer leurs conditions de travail. 

Ryanair a licencié six membres d'équipage basés au Portugal, accusés d'avoir publié une "fausse photo" d'eux allongés par terre, destinée à dénoncer leurs conditions de travail, a-t-on appris mercredi auprès de la compagnie.

Une "faute grave". "Les six membres d'équipages de Porto ont été licenciés le lundi 5 novembre (...) pour faute grave, après avoir mis en scène une fausse photo" dans le but de faire croire "qu'ils avaient été 'forcés de dormir sur le sol' de la salle d'équipage de Malaga" (sud de l'Espagne), a déclaré la compagnie aérienne low cost dans un communiqué. Ryanair, englué depuis des mois dans des conflits avec ses employés dans plusieurs pays, a affirmé que sa réputation avait pâti de la publication de cette photo, qui avait suscité une polémique.

Une tempête... Le 14 octobre, alors que des tempêtes bloquaient le trafic aérien, une vingtaine de membres d'équipage basés au Portugal avait dû passer la nuit à l'aéroport de Malaga. D'abord dans la salle d'équipage de Ryanair, équipée de seulement quelques chaises selon les syndicats, puis dans la salle VIP normalement dédiée aux clients. Des employés s'étaient alors allongés par terre le temps d'une photo. Publiée sur Twitter et affirmant que les employés "dormaient sur le sol d'une salle d'équipage", elle avait servi à interpeller la direction.

... et des hôtels "pleins", se justifie Ryanair. "Malheureusement, tous les hôtels étaient pleins à Malaga", avait répondu dans la foulée le directeur des opérations Peter Bellew. "la tempête a créé d'énormes dommages au Portugal. L'équipage a ensuite bougé (de la salle d'équipage, ndlr) à la salle VIP". "Nous savons tous que Malaga (...) et toute la Costa del sol ont une offre de logement énorme, et surtout en octobre, pendant la basse saison", a rétorqué le syndicat espagnol Sticpla dans un communiqué.

Un syndicat invoque "le droit à l'indignation". Pour Luciana Passo, présidente du syndicat portugais SNPVAC, cette photo controversée était surtout une "manifestation du droit à l'indignation". "Il y avait 24 membres d'équipage dans une salle avec 8 chaises. Certains d'entre eux ont décidé de manifester leur indignation en s'allongeant par terre car les autres chaises étaient occupées, et une personne, qui ne faisait pas partie de l'équipage, a décidé de publier la photo sur les réseaux sociaux. Et ils finissent par être licenciés!", a-t-elle dénoncé, selon l'agence portugaise Lusa.