Russie : la grippe porcine fait au moins 50 morts

  • A
  • A
Russie : la grippe porcine fait au moins 50 morts
Image d'illustration.@ PHILIPPE HUGUEN / AFP
Partagez sur :

Les conséquences de la grippe porcine sont dramatiques en Russie. Depuis le début de l'hiver, le virus H1N1 a entraîné la mort d'au moins 50 personnes. 

Au moins 50 morts. Au moins 50 personnes sont mortes du virus H1N1 de la grippe porcine en Russie depuis le début de l'hiver selon un décompte effectué à partir de déclarations des autorités régionales, la contagion du virus semblant gagner en intensité à travers le pays. Les autorités sanitaires de la région de Rostov-sur-le-Don (au Sud du pays) ont déclaré à l'agence de presse publique russe Ria Novosti que deux nouvelles personnes étaient décédées, portant à huit le total des morts de cette grippe dans la région. Dans la région voisine de Volgograd, les autorités ont annoncé qu'au moins 11 personnes victimes de la grippe porcine étaient décédées. Un premier cas mortel a également été recensé cette semaine dans la péninsule de Crimée, annexée par la Russie en mars 2014.

Ces cas suivent la mort de quatre adultes et un enfant au Daguestan, dans le Caucase russe, et le décès de deux malades à Iékatérinbourg (Centre) et dans la région d'Adiguée (Sud), plus tôt, la semaine dernière. Des cas de grippe porcine mortels ont également été recensés dans les régions de Bryansk (Ouest), Belgorod (Sud-Ouest) et Vladimir, 200 km à l'est de Moscou.

"Sous contrôle". La ministre de la Santé russe, Veronika Skvortsova, a déclaré plus tôt dans la semaine que l'épidémie de grippe porcine dans le pays était "complètement sous contrôle". Par ailleurs, 18 personnes sont mortes du virus H1N1 en Arménie depuis le début de l'année, avait annoncé la semaine dernière le ministère de la Santé de ce pays du Caucase du sud. En 2009, après des cas déclarés aux États-Unis et au Mexique, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) avait lancé une alerte de pandémie. La grippe A (H1N1) avait tué 18.500 personnes dans 214 pays jusqu'en 2010, quand l'OMS avait levé son alerte.