Rome prête à béatifier Jean Paul II

  • A
  • A
Rome prête à béatifier Jean Paul II
Jean Paul II sera déclaré dimanche bienheureux.@ Reuters
Partagez sur :

Le pape, mort il y a 6 ans, sera déclaré bienheureux dimanche à Rome par l’Eglise catholique.

Des centaines de milliers de catholiques ont afflué samedi à Rome pour célébrer triomphalement dimanche la béatification de Jean Paul II, six ans après sa mort. Ils rendront ainsi hommage à un pape qui, en plus de 26 ans de règne, a rajeuni le visage de l'Eglise sans en changer la doctrine.

Le pape Benoît XVI a adressé samedi soir aux Polonais un bref message télévisé pour exprimer sa joie à la veille de la béatification de son "grand prédécesseur" Jean Paul II. "L'Eglise en Pologne et toute la nation polonaise qu'il a tant aimées auront un nouveau patron et protecteur", a souligné Benoît XVI qui conduira dimanche au Vatican les cérémonies de béatification

Une veillée de prière samedi soir

Karol Wojtyla sera déclaré dimanche bienheureux, lors d'une cérémonie qui débutera à 10 heures en la basilique Saint-Pierre. Après cette messe solennelle, les pèlerins pourront défiler devant sa dépouille mortelle.

Dès samedi soir, une grande cérémonie d'hommage a eu lieu au Cirque Maxime à Rome, rassemblant 200.000 personnes. De nombreuses églises sont ouvertes pour une veillée de prières. A l’issue de celle-ci, les pèlerins vont suivre, lors d’une "Nuit blanche de prière", un parcours balisé dans la ville.

300.000 fidèles attendus

Des centaines de trains, avions et autocars ont amené les fidèles vers la ville éternelle, qui va tenter de résister à l'engorgement. Les principaux contingents proviennent du pays natal de Jean Paul II, la Pologne, ainsi que d'Espagne, de France et d'autres pays d'Europe.

L'affluence énorme annoncée il y a deux mois pour la béatification du pape le plus populaire du XXe siècle sera moins importante que prévu. Guerre en Libye et insécurité en Méditerranée obligent: nombre d'Américains et d'Asiatiques ont renoncé au voyage. Moins de 300.000 pèlerins sont attendus.

Fillon, Guéant et Juppé présents

Au total, quatre-vingt-sept délégations étrangères, parmi lesquelles figureront seize chefs d'Etat et six chefs de gouvernement, devraient participer à la cérémonie. Côté français, le Premier ministre François Fillon, le ministre des Affaires étrangères Alain Juppé et le ministre de l'Intérieur, Claude Guéant, également ministre des cultes, seront aussi présents.

José Manuel Barroso, le président de la commission européenne sera également à Rome. Le président de l'UE, Herman Van Rompuy et le président du Parlement européen Jerzy Buzek ont eux aussi prévu d'assister à la cérémonie de béatification.

De multiples retransmissions des cérémonies

Accompagnées de multiples retransmissions, les cérémonies feront revivre les images célèbres de ce pape venu de l'autre côté du Rideau de fer: vigoureux et fringant à son élection, très affaibli mais stoïque quand la maladie de Parkinson a commencé à le diminuer.

Elles réactualiseront aussi ses messages: discipline, main tendue aux autres religions, confiance dans la jeunesse, rigueur sur les valeurs familiales et sexuelles, droits de l'homme, lutte contre la guerre, critique du capitalisme sauvage, coopération avec les sciences.

Une béatification expresse


Lors des obsèques de Karol Wojtyla, à l'issue d'une longue agonie pratiquement suivie en direct, les fidèles avaient scandé "Santo subito" ("saint tout de suite"). Ce vœu a quasiment été exaucé : le procès en béatification a été bouclé rapidement, en 5 ans et 7 mois.

Du côté du Vatican, on assure cependant que le processus a été conduit dans les règles. L’enquête a conduit à la reconnaissance d’un miracle : la guérison d'une religieuse française, Marie Simon-Pierre, atteinte de la maladie de Parkinson, a été attribuée à l’intercession de Jean Paul II.

Et après ?

La béatification fait de Jean Paul II un bienheureux, mais pas un saint. Pour cela, il doit être canonisé, ce qui requiert un nouveau procès et une nouvelle enquête pour ne laisser aucune zone d’ombre sur la vie de Jean Paul II. La preuve d’un deuxième miracle doit également être faite.