République dominicaine : "rien à voir" avec un trafic de drogue

  • A
  • A
Partagez sur :

INTERVIEW E1 - Deux pilotes français sont détenus depuis onze mois. 700 kilos de cocaïne avaient été retrouvés. 

INTERVIEW E1 - Pascal Fauret et Bruno Odos, sont deux pilotes français détenus depuis 11 mois. Ils sont accusés de trafic de drogue en République dominicaine. 700 kilos de cocaïne avaient été retrouvés dans de nombreuses valises transportées dans leur avion par seulement deux passagers français, eux aussi écroués. Sur Europe 1 vendredi, Pascal Fauret a réaffirmé qu'il n'avait "rien à voir avec ce trafic". "Je suis employé dans une petite compagnie d'aviation d'affaires. Je devais ramener une personne, un passager en France, et c'est tout", a-t-il affirmé.

Ils sont depuis toujours en détention à Punta Cana. "On est traité normalement, on va dire, comme les détenus dominicains. On est ensemble depuis peu, parce qu'on avait été séparé, on était dans une cellule différente. Donc on est de nouveau ensemble dans la même cellule, une cellule de 10 m² où on est 6", a-t-il raconté à l'antenne d'Europe 1.

"Un bruit insupportable". Mais l'attente est longue. "Le mental, il faut le laisser à l'extérieur de la prison, sinon ça devient tout de suite invivable. Sinon, on se consacre juste aux fonctions vitales : manger, dormir... On se maintient mais, physiquement, forcément, grosse décroissance, parce que les repas sont uniquement constitués de riz et de haricots. Il n'y a pas de légumes, pas de fruits. L'eau, il faut l'acheter, il y a un bruit insupportable. On a perdu beaucoup en acuité visuelle parce que ça manque de lumière, en audition, en faculté de concentration, musculairement, bien sûr", a témoigné Pascal Fauret sur Europe 1. 

"Aucun contact politique". Sa femme, Sabine Fauret, n'a pas le sentiment que la France fait tout ce qu'il faut pour le faire libérer. "A l'heure actuelle, je n'ai même pas été contactée par le ministère des Affaires étrangères. Au moment de l'arrestation notamment, je pense que c'est leur rôle de prévenir les familles. Et jusqu'à ce jour, je n'ai quasiment eu aucun contact politique", a-t-elle affirmé.