Quand Bruxelles paie ses ex-commissaires

  • A
  • A
Quand Bruxelles paie ses ex-commissaires
@ REUTERS
Partagez sur :

Le versement d’indemnités à des commissaires qui ont retrouvé un travail fait polémique.

100.000 euros environ : c’est le montant de l’indemnité annuelle que toucheraient 17 commissaires européens… qui ont pourtant quitté leur fonction. L’information a été révélée jeudi par le Financial Times Deutschland et crée depuis la polémique.

Dans le détail, les indemnités versées sont censées aider les commissaires européens à retrouver un emploi à la fin de leur mandat à Bruxelles. Problème : certains continuent à toucher de l’argent alors même qu’ils ont désormais une nouvelle activité salariée.

11.000 euros par mois

Parmi les commissaires concernés, le Financial Times Deutschland cite le nom de l’Irlandais Charlie McCreevy. Depuis son départ de Bruxelles en février dernier, il toucherait de 11.000 euros par mois. Une somme qui vient s’ajouter au salaire que lui verse désormais la compagnie aérienne Ryanair dont il est membre du conseil de surveillance.

L'ancien commissaire à la pêche, le Maltais Joe Borg, a reconnu recevoir 11.000 euros par mois. Alors qu'il travaille comme lobbyiste pour un groupe de pression européen, Fipra, spécialisé dans les questions maritimes.

Quid de leur indépendance ?

De son côté, la Commission européenne a confirmé que 17 "anciens" bénéficiaient de ce système d’indemnité. Mais son porte-parole a tenu à préciser qu’il s’agissait d’une "indemnité transitoire", valable pour trois ans, et qui permettrait de "faciliter le retour sur le marché du travail et maintenir leur indépendance".

L’"indépendance", le vrai problème est là pour les ONG spécialisées dans la lutte contre la corruption. Elles s’inquiètent des cas de plus en plus fréquents d’anciens commissaires, passés dans le secteur privé, notamment pour y vendre leurs conseils. La proposition de ces ONG : interdire aux commissaires européens ces activités pendant les trois années qui suivent leur départ. L’"indemnité transitoire" prendrait alors tout son sens.