Quand Assange se livrait sur le net

  • A
  • A
Quand Assange se livrait sur le net
@ REUTERS / DR
Partagez sur :

Des internautes ont retrouvé sur le web les archives du journal intime virtuel de Julian Assange.

Sur internet, rien ne disparaît jamais vraiment. Julian Assange, le fondateur du site controversé WikiLeaks, en fait lui-même l'expérience. Un site américain vient de publier les archives du journal intime virtuel qu'il a tenu entre juin 2006 et août 2007. Patrice Thomas, journaliste à Europe 1, en a traduit des extraits sur son blog.

Sur IQ.org, pour Interesting questions (questions intéressantes), les internautes découvrent d'abord toutes les coordonnées de Julian Assange. Numéros de téléphone, adresses mail et postale, compte Skype, tout est détaillé. On peut aussi admirer une photo d'Assange, enfant, avec un joli bonnet rose.

"Les fuites provoquent la paranoïa"

Mais ce qui intéresse le plus les internautes, c'est l'état d'esprit de Julian Assange. Le 31 décembre 2006, quelques jours après avoir créé son désormais célèbre site, le militant australien livre sa théorie sur les fuites : "Plus une organisation est secrète ou injuste, plus les fuites provoquent la peur et la paranoïa dans son leadership (...) la révélation de secrets dans un système injuste le rend vulnérable face à ceux qui cherchent à établir un système avec une gouvernance plus ouverte (...) Seule une injustice révélée peut être combattue. Un homme qui ne sait rien ne peut pas agir."

Quelques mois auparavant, Julian Assange méditait sur le pouvoir des mots et de la censure : "Quand les mots ont le pouvoir de changer, l’état s’efforce de les brûler ou de les effacer, si forte est la crainte du pouvoir des mots."

Assange plagieur

Son tout premier billet, écrit le 8 juin 2006, s'intitule "L'histoire de la guerre". Mais comme le relève Patrice Thomas, il ne s'agit que d'un plagiat de l'auteur britannique Douglas Adams, dans The Hitch-Hiker's Guide to Galaxy. Julian Assange cite par ailleurs Emile Zola ou encore un auteur révolutionnaire anarchiste allemand.

Pour ceux qui veulent en savoir plus sur la personnalité d'Assange, le jeune homme ne livre que peu de choses. On apprend ainsi qu'il se sent proche des surdoués. "Newton a payé le prix d’être d’une intelligence suprême (…) incapable d’avoir des amis, de connaître l’amour, la paternité, et beaucoup d’autres choses désirables. Comme homme c’était un l’échec, comme monstre, il était superbe", écrit-il, note Patrice Thomas.

Des pratiques originales...

Enfin, Julian Assange révèle quelques penchants qui pourraient prêter à sourire. Il décrit ainsi comment il se frottait le cou et les épaules avec du café pour séduire une jeune femme qui était accro à la boisson. L'Australien développe également une théorie sur "l'envie de faire pipi".