Pyongyang prépare de nouveaux tirs de missiles à moyenne portée

  • A
  • A
Pyongyang prépare de nouveaux tirs de missiles à moyenne portée
@ KNS / KCNA / AFP
Partagez sur :

Pyongyang ne manque jamais de célébrer le 15 avril, jour de la naissance de Kim Il-Sung (1912-1994), par des défilés ou des tirs de missiles.

Pyongyang se prépare à tirer de nouveaux missiles balistiques à moyenne portée, peut-être dès vendredi à l'occasion de l'anniversaire de la naissance du fondateur du régime nord-coréen, ont rapporté jeudi les médias sud-coréens.

Probablement pour l'anniversaire de Kim Il-Sung. Le Nord a déployé il y a trois semaines un ou deux missiles balistiques Musudan près du port de Wonsan, dans l'est de la péninsule, rapporte l'agence sud-coréenne Yonhap en citant un responsable sud-coréen non identifié. "Il y a une vraie possibilité que le Nord tire les missiles à l'occasion de l'anniversaire de Kim Il-Sung", ajoute ce responsable. Pyongyang ne manque jamais de célébrer le 15 avril, jour de la naissance de Kim Il-Sung (1912-1994), par des défilés ou des tirs de missiles.

Le Musudan : une portée de 4.000 kilomètres. La Corée du Nord a effectué de nombreux essais de missile de courte ou moyenne portée, mais n'a jamais testé le Musudan, censé pouvoir parcourir 4.000 kilomètres. La portée des Musudan permettrait d'atteindre la Corée du Sud et le Japon, et éventuellement les bases américaines de l'île de Guam, dans le Pacifique. Un porte-parole du ministère sud-coréen de la Défense a convenu qu'une "possibilité" existait que Pyongyang teste ce genre de missile à l'occasion de l'anniversaire de la naissance du fondateur du régime.

Un climat qui se dégrade depuis le mois de janvier. Le climat s'est considérablement dégradé sur la péninsule depuis le quatrième essai nucléaire nord-coréen début janvier, suivi en février par le lancement d'une fusée, largement considéré comme un essai déguisé de missile longue portée. Les tensions se sont aggravées du fait des manœuvres annuelles conjointes entre Washington et Séoul. Pyongyang y a répliqué par des menaces récurrentes de frappes nucléaires, ainsi que par des tirs de missiles en mer du Japon, également appelée mer Orientale, y compris les premiers lancements en deux ans de missiles balistiques à moyenne portée