Projet d'attentat contre les athlètes français aux JO : un chef antiterroriste brésilien à Paris

  • A
  • A
Projet d'attentat contre les athlètes français aux JO : un chef antiterroriste brésilien à Paris
@ YASUYOSHI CHIBA / AFP
Partagez sur :

Libération révélait cette semaine qu'un projet d'attentat visait la délégation française aux Jeux Olympiques, prévus au Brésil du 5 au 21 août. 

Un haut dirigeant du renseignement brésilien doit se rendre lundi à Paris afin de s'informer auprès des services français sur le projet d'attentat contre des athlètes français lors des JO-2016 à Rio révélé cette semaine, a annoncé samedi un responsable brésilien.

"Dans le champ des suppositions". "L'Abin (Agence brésilienne du renseignement) envoie lundi en France son directeur d'antiterrorisme pour discuter avec les services de renseignement français afin d'étudier sur place ce qu'il en est de ce projet, si projet il y a eu", a déclaré Saulo Moura da Cunha, coordinateur du renseignement brésilien pour les JO-2016. "A partir de ce voyage et de nos discussions, nous allons procéder à des réévaluations", a-t-il ajouté. "Pour l'instant, nous sommes dans le champ des suppositions. Le gouvernement français nous a invités pour en discuter. Ensuite, nous pourrons prendre une position".

Un document officiel. La France a été informée d'un projet d'attentat contre des athlètes français lors de ces JO, selon le chef des services de renseignement militaire cité dans un document officiel. Il s'exprimait fin mai devant la commission d'enquête parlementaire sur les attentats commis à Paris en 2015, qui a remis son rapport dans la semaine. Le ministre brésilien de la Défense, Raul Jungmann, avait assuré vendredi n'en avoir pas été alerté par Paris, et l'avoir appris par la presse. 

Dispositif renforcé. Le renseignement antiterroriste mobilisera "autour de 2000 hommes" dont "environ 1100 sont dans la ville de Rio", a précisé Saulo Moura da Cunha, qui s'exprimait devant la presse en marge d'une simulation d'opération antiterroriste à la gare ferroviaire de Deodoro, un des quatre pôles olympiques des Jeux cariocas. Vendredi, le gouvernement brésilien a annoncé le renforcement de son dispositif de sécurité pour les Jeux Olympiques de Rio au lendemain de l'attentat de Nice qui a fait 84 morts et plusieurs dizaines de blessés, et qui a été revendiqué samedi par le groupe jihadiste Etat islamique (EI).