Procès Jackson : haro sur le Dr Murray

  • A
  • A
Procès Jackson : haro sur le Dr Murray
@ REUTERS
Partagez sur :

Le médecin du "roi de la pop" est accusé d’être à l’origine de sa mort.

Dès l’ouverture de l’ultramédiatisé procès Jackson, la charge a été lourde contre le docteur Conrad Murray. Le médecin de Michael Jackson, a commis des "fautes lourdes" qui ont conduit à la mort du "roi de la pop", a lancé d’emblée le procureur, à la barre. Alors que, selon lui, le chanteur avait "placé sa confiance à tort" dans son médecin.

La plaidoirie du procureur, en vidéo :





Prosecutor: Murray 'cost' Jackson His Life

La moitié des jurés fans de Michael Jackson

Conrad Murray est poursuivi pour homicide involontaire de l’interprète de Thriller. Son sort est entre les mains d’un jury de douze personnes : la moitié a reconnu être fans de Michael Jackson, ou des Jackson Five. Le médecin, en liberté sous caution, risque jusqu’à quatre ans de prison.

En cause dans cette affaire, le propofol, un somnifère que le docteur Murray a reconnu avoir administré à Michael Jackson le matin de sa mort, et qui a provoqué une overdose. Avec ce médicament, "les choses peuvent très très vite mal tourner, et si vous ne vous y connaissez pas bien et n'êtes pas bien préparé, cela peut conduire à la mort de votre patient", a fustigé le procureur, l’air grave.

Un enregistrement du "king of pop" sous sédatifs

Et les choses ne vont pas être simples pour Conrad Murray. Un enregistrement de Michael Jackson, à la voix inarticulée et apparemment sous sédatifs, a été diffusé dès l’ouverture des débats devant la cour de Los Angeles. Dans ce document datant d’un mois et demi avant son décès le 25 juin 2009, la star s’adresse à son médecin, à propos des dispositions relatives à la série de concerts qu'il avait prévu de donner à Londres.

Ecoutez l'enregistrement :





A ce moment, la famille Jackson, qui s'est jusqu'alors montrée extrêmement retenue, s'agite. Les frères et soeurs de la pop star se penchent tous vers leur mère, pour voir si elle tient le coup. La matriarche, très digne, ne bronche pas. La Toya, la seule de la famille à prendre des notes, essuie une larme alors que Janet hoche la tête, abattue.

Cet enregistrement prouve, selon l’accusation, que le Dr Murray savait ce qu'il "faisait à Michael Jackson en mai 2009, soit plus d'un mois et demi avant que Michael meure de ce même traitement". Le procureur a indiqué qu'au cours des jours qui avaient suivi cet appel et malgré l'état de santé précaire du chanteur, le Dr Murray avait commandé un important lot de propofol et de midazolam, un anxiolytique.

Jackson "a provoqué sa propre mort"

Face à cette déferlante de l’accusation, la défense a eu bien du mal à répondre. Michael Jackson "a provoqué sa propre mort" en prenant un médicament alors que son médecin n'était pas présent avec lui, a plaidé l’avocat de Conrad Murray. "Nous sommes convaincus que des preuves scientifiques vont vous montrer que quand le docteur Murray a quitté la chambre, Michael Jackson s'est lui-même administré une dose de propofol qui, avec le lorazepam, a provoqué une véritable tempête dans son corps", a-t-il ajouté à l'adresse du jury. Un mélange qui l’aurait "tué instantanément".

La justice tranchera à l’issue de cinq semaines de débats, qui se dérouleront sous le regard accusateur des nombreux fans et des curieux du monde entier. Le juge Pastor a en effet mis un point d'honneur à ce que le procès soit filmé et retransmis, à la télé et sur Internet.