Premiers vols entre les Etats-Unis et La Havane, trois jours après la mort de Castro

  • A
  • A
Premiers vols entre les Etats-Unis et La Havane, trois jours après la mort de Castro
D'ici à la fin de l'année, 110 vols quotidiens directs relieront Cuba et les États-Unis@ AFP/YAMIL LAGE
Partagez sur :

Trois jours après la mort de Fidel Castro, pourfendeur de l'"impérialisme américain", les Etats-Unis et La Havane reprennent lundi leurs liaisons aériennes commerciales.

Les premiers vols commerciaux réguliers entre des aéroports américains et La Havane en plus de 50 ans doivent décoller lundi matin, soit, hasard du calendrier, trois jours après la mort de Fidel Castro.

Une première pour La Havane. Le 31 août, la compagnie JetBlue avait inauguré en grande pompe le premier vol commercial régulier depuis 1961 entre un aéroport américain, celui de Fort Lauderdale, en Floride, et une ville cubaine, Santa Clara, au centre de l'île. Depuis, plusieurs compagnies l'ont imitée et relient de manière régulière les États-Unis et différentes villes cubaines, mais La Havane n'était pas encore desservie.

Plusieurs liaisons. Le vol d'American Airlines doit partir lundi à 7h30 locale (13h30 heure française) de Miami pour l'aéroport international José Marti de La Havane. "Nous devenons la première compagnie américaine à proposer un service régulier avec la capitale cubaine depuis plus de 50 ans", a assuré Martha Pantin, porte-parole d'American Airlines. A partir de mercredi, American desservira La Havane à partir de Miami, "capitale" de l'exil cubain aux États-Unis, quatre fois par jour. Un autre vol quotidien partira de Charlotte, en Caroline du Nord, dans le sud-est des États-Unis. JetBlue inaugurera, elle, sa liaison directe entre New York et La Havane à 8h58 locale (14h58 heure française) lundi.


Un moment sensible. D'autres vols directs de JetBlue pour La Havane sont également prévus depuis Orlando et Fort Lauderdale, en Floride. D'ici à la fin de l'année, 110 vols quotidiens directs relieront Cuba et les États-Unis, dont 20 se poseront à La Havane. Ce nouveau chapitre de l'histoire aérienne des deux pays s'ouvre à un moment sensible. Il y a près de deux ans, Washington et le régime cubain ont amorcé le dégel de leurs relations. Mais surtout, par pure coïncidence, ces vols seront inaugurés trois jours après le décès à 90 ans de Fidel Castro, père de la Révolution cubaine qui a tenu tête à 11 présidents américains.

Les Américains peuvent voyager sur l'île en dépit de l'embargo économique américain imposé à l'île depuis 1962, qui leur impose toujours de répondre aux critères des 12 catégories de voyages autorisés (religieux, universitaires, sportifs ou culturels notamment).