Poutine "a probablement approuvé" le meurtre de Litvinenko, estime un juge britannique

  • A
  • A
Poutine "a probablement approuvé" le meurtre de Litvinenko, estime un juge britannique
@ KIRILL KUDRYAVTSEV / AFP
Partagez sur :

C'est ce qui ressort des conclusions de l'enquête sur la mort par empoisonnement de l'ex-agent du KGB à Londres en 2006.

Les conclusions sont accablantes pour l'actuel président russe. Selon le juge britannique Robert Owen qui a rendu jeudi ses conclusions sur la mort de l'opposant Alexandre Litvinenko, Vladimir Poutine a "probablement approuvé" le meurtre de cet ex-agent du KGB.

Une opération pilotée par le FSB. "L'opération du FSB (nouveau nom du KGB) a probablement été approuvée par M. Patrouchev (Nikolaï Patrouchev, ex-chef du FSB) et aussi par le président Poutine", a déclaré le magistrat dans ses conclusions. Le rapport de Robert Owen désigne les deux Russes qui ont empoisonné Alexandre Litvinenko : Andreï Lougovoï et Dimitri Kovtoune.  "Je suis sûr que MM. Lougovoï et Kovtoun ont mis le polonium 210 dans la théière le 1er novembre 2006. Je suis sûr qu'ils l'ont fait dans l'intention d'empoisonner M. Litvinenko", écrit le juge Owen.

Selon lui, une première dose plus faible de polonium lui aurait même été administrée plus tôt, le 16 octobre, avant la dose fatale du 1er novembre.

Le Kremlin dément, la veuve réclame des sanctions. Le rapport du juge indique qu'un antagonisme personnel opposait Alexandre Litvinenko, qui avait fui la Russie six ans avant de mourir, et le président russe, qu'il critiquait ouvertement. "Les preuves que je présente établissent clairement la responsabilité de l'Etat russe dans la mort de M. Litvinenko", ajoutele juge britannique. 

Le Kremlin, lui, dément toute implication dans la mort de Litvinenko.  La diplomatie russe a dénoncé une enquête "politiquement orientée" et manquant de "transparence". Andreï Lougovoï, devenu député a quant à lui jugé "absurdes" les accusations le visant dans ce rapport.

La veuve de l'opposant de Litvinenko a, elle, réclamé des "sanctions" contre la Russie et son président Vladimir Poutine.  "Je demande (...) l'imposition de sanctions économiques ciblées et des interdictions de voyage notamment contre M. Patrouchev (Nikolaï Patrouchev, ex-chef du FSB) et M. Poutine", a déclaré à la presse Marina Litvinenko.

Polonium-210. L'ex-agent du KGB Alexandre Litvinenko est mort à Londres en 2006 à l'âge de 43 ans. Trois semaines avant, il avait bu dans un hôtel de la capitale britannique un thé qui contenait du polonium-210, une substance radioactive extrêmement toxique et quasiment indétectable.