Pourquoi Pékin lâche du lest sur le contrôle des naissances

  • A
  • A
Pourquoi Pékin lâche du lest sur le contrôle des naissances
@ REUTERS
Partagez sur :

DÉCRYPTAGE - La Chine va assouplir sa politique de l’enfant unique. Une réforme avant tout économique.

L’INFO. En Chine, c’est une petite révolution. Pékin a l’intention d’assouplir sa politique de contrôle des naissances, celle de l’enfant unique, mise en place en 1979. La décision, rapportée vendredi par l’agence de presse officielle Chine nouvelle, a été prise lors d’une importante réunion des dignitaires du Parti communiste, tenue au début de la semaine. Europe1.fr vous explique pourquoi la Chine s’est décidée à réformer cette politique emblématique.

Deux enfants autorisés. Désormais, les couples dont le père ou la mère est enfant unique seront désormais autorisés à avoir deux enfants. La loi chinoise prévoyait déjà des aménagements pour les couples dont les deux membres sont enfants uniques, pour les minorités ethniques et pour les couples ruraux dont le premier enfant était une fille. Avec cette nouvelle réforme, c’est près d’un tiers de la population chinoise qui est concernée, note le site américain Quartz.

Une "réforme majeure", vraiment ? Dans sa dépêche, la très officielle Chine nouvelle salue une "réforme majeure". "Oui et non", tempère Alice Ekman, spécialiste de la Chine à l’Ifri et professeur à Sciences Po : "c’est une mesure importante et en même temps elle est logique. Elle fait suite à une réflexion en cours depuis longtemps au gouvernement". "L’expansion au niveau national d’une réforme qui a été testée au niveau local marque un tournant, en tout cas pour une politique aussi centrale pour les foyers chinois", explique la chercheuse, tout en soulignant que le contrôle des naissances reste tout de même strict.

bébés en chine, 460 REUTERS

Dur, dur d’être enfant unique. La mise en œuvre de la politique de l’enfant unique a parfois été brutale en Chine, avec des amendes, des stérilisations forcées et jusqu'à des avortements imposés, même à des femmes dont la grossesse est déjà très avancée. Si l’idée de l’enfant unique a été "acceptée par de nombreux foyers urbains", il y avait tout de même "des attentes réelles" sur le sujet pour des familles pouvant se permettre de subvenir aux besoins de plusieurs enfants. En outre, être un enfant unique en Chine, ce n’est pas une sinécure : "les enfants uniques devenus adultes ont un poids énorme qui repose sur leurs épaules : ils sont pris en tenailles entre le soutien à apporter à leurs parents vieillissants et celui à apporter à leur enfant grandissant".

Une Chine vieillissante. Mais la raison de la réforme est avant tout économique. Car "pour le gouvernement, la priorité reste la réorientation du modèle de croissance vers la consommation intérieure", rappelle Alice Ekman. Or, en 2012, pour la première fois, la population chinoise en âge de travailler a commencé à diminuer. En Chine, on s’inquiète de la prise en charge des plus âgés, qui représentent une part croissante de la population. Et dans ces conditions, note Alice Ekman, "difficile de construire une société chinoise qui consomme".

sur le même sujet

ANALYSE - Vers la fin de la politique de l'enfant unique ?

WEB - Un avortement forcé choque la Chine