Pour son père, James Foley est mort en "martyr pour la liberté"

  • A
  • A
Pour son père, James Foley est mort en "martyr pour la liberté"
Le journaliste américain James Foley a été exécuté par l'Etat islamique.@ Reuters
Partagez sur :

Le père de James Foley, exécuté par les djihadistes de l'Etat islamique, estime que son fils est resté "courageux jusqu'au bout".

"Tout cela n'a aucun sens". John Foley, le père du journaliste américain James Foley exécuté par les jihadistes de l'Etat islamique, est apparu très éprouvé dans les médias, estimant que son fils, qui ne méritait pas d'être ainsi "massacré", est mort en "martyr pour la liberté".

>> LIRE AUSSI - James Foley, compagnon de cellule de Didier François

"Courageux jusqu'au bout". C'est devant la maison familiale de Rochester, dans le New Hampshire, que les parents du journaliste de 40 ans, décapité par l'EI en Syrie, ont rendu hommage à leur fils, resté "courageux jusqu'au bout". "La façon dont il est mort est affreuse. Cela témoigne de son courage", a notamment affirmé son père.

>> LIRE AUSSI - Le Web refuse de voir la vidéo de la décapitation de Foley

"C'était sa passion. Il n'était pas fou. Il était motivé par ce qu'il pensait qu'il était de son devoir de faire", a encore ajouté John Foley à propos de l'aîné de ses quatre fils, qui avait été enlevé une première fois en Libye en 2011, puis fin 2012 en Syrie. Et la voix brisée par des sanglots, John Foley a ajouté que les derniers mots de son fils avaient été: "Je voudrais avoir plus de temps pour voir ma famille". "Nous savons que Jimmy est libre, et il est maintenant entre les mains de Dieu", a-t-il aussi déclaré.

Les parents de l'otage exécuté s'expriment (en anglais) : 



>> LIRE AUSSI - Obama dénonce le "cancer" de l'Etat islamique

"Nous n'avons jamais été aussi fiers de notre fils". Mercredi, c'est la mère du journaliste qui s'était exprimée, via sa page Facebook, sur laquelle elle clame : "nous n'avons jamais été aussi fiers de notre fils Jim". "Il a donné sa vie en essayant de montrer au monde les souffrances du peuple syrien", écrit Diane Foley, qui remercie "Jim pour toute la joie qu'il nous a donnée. Il était un fils, un frère, un journaliste et une personne extraordinaire".

>> LIRE AUSSI - Les Etats-Unis avaient tenté de libérer James Foley