Pétition d'une centaine de célébrités contre Trump

  • A
  • A
Pétition d'une centaine de célébrités contre Trump
Donald Trump.@ SPENCER PLATT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Partagez sur :

Ces personnalités du monde du cinéma ou de la musique ont décidé d'utiliser leur notoriété "pour attirer l'attention sur les dangers d'une présidence Trump". 

Une centaine de célébrités du monde de la musique et d'Hollywood ont signé une pétition appelant à "s'unir contre la haine" en votant pour empêcher le candidat républicain à la présidentielle Donald Trump d'accéder à la Maison-Blanche. Le scrutin aura lieu le 8 novembre prochain. 

"Notre responsabilité d'utiliser notre notoriété". "Nous sommes une coalition d'artistes qui ce jour rejoignent des millions d'Américains engagés pour empêcher le candidat du parti républicain Donald Trump" d'être élu président des États-Unis, dit le texte de cette pétition publié sur le site Unitedagainsthate(Unis contre la haine). "Nous pensons qu'il est de notre responsabilité d'utiliser notre notoriété pour attirer l'attention sur les dangers d'une présidence Trump", ajoute ce texte sponsorisé par l'association progressiste Moveon.org.

Moby et Julianne Moore. Elle a été signée notamment par les acteurs Mark Ruffalo, Kerry Washington, Julianne Moore, Lena Dunham, ou par les stars musicales Russell Simmons, Michael Stipe, Moby ou DJ Spooky, entre beaucoup d'autres.

Être "du bon côté de l'Histoire". La rhétorique et les propositions politiques du candidat républicain "excluent, dénigrent et font du mal aux Mexicains et latinos, aux Noirs, aux musulmans, homosexuels, lesbiennes, aux personnes transgenres et bisexuelles, aux femmes et à ceux qui leur procurent des soins de santé, aux Asiatiques, aux réfugiés", énumèrent les signataires, qui incluent aussi Jane Fonda, Patricia Arquette ou Woody Harrelson. "Nous appelons tous les Américains à nous rejoindre du bon côté de l'Histoire et à utiliser le pouvoir de nos voix et de nos votes pour faire échouer Donald Trump et l'idéologie haineuse qu'il représente", conclut cette pétition diffusée en pleine convention démocrate et quelques jours après l'investiture du magnat de l'immobilier par le "Grand Old Party".