Peres : "Je suis en faveur d'un Etat palestinien"

  • A
  • A
Partagez sur :

INTERVIEW E1 - L'ancien président d'Israël estime qu'il convient de prendre son temps, tout en se disant optimiste.

L'INFO. Après les parlements britannique, français, espagnol et luxembourgeois, le Parlement européen s'est déclaré "en principe" favorable à la reconnaissance de l'Etat palestinien, mercredi. Avant sa rencontre avec François Hollande à 10h45, Shimon Peres, ancien président d'Israël, est passé dans les studios d'Europe 1 pour évoquer cette question, notamment.

>> LIRE AUSSI - Le Parlement européen soutient "la reconnaissance de la Palestine"

"Je suis moi-même en faveur d'un Etat palestinien". Aurait-il pu, lui, voter une motion sur la reconnaissance de l'Etat de Palestine ? "Je ne suis pas sûr, pour plusieurs raisons : je suis moi-même en faveur d'un Etat palestinien. C'est une revendication légitime, mais la question se pose de comment y parvenir. Par un accord ou par de simples déclarations ? Je crois que les déclarations sont plus aisées à faire mais elles ne constituent pas un accord : je préférerais emmener les deux pays vers une solution à deux Etats. Un Etat palestinien et un Etat israélien." Et Shimon Peres se dit résolument optimiste : "Je crois que cela est possible malgré toutes les critiques, cela prendra du temps peut-être : et bien, prenons le temps de parvenir à cet accord !"

>> LIRE AUSSI - Reconnaître un nouvel Etat, mode d'emploi

"La France a joué un rôle historique". S'il rejette l'idée de voir le Hamas devenir un interlocuteur dans ce dossier - "le Hamas n'a pas sa place dans l'ère moderne, ce sont des gens qui veulent tuer" -, il attend beaucoup de l'action de François Hollande : "la France a joué un rôle historique que nous ne pouvons qu'apprécier. L'Europe aussi. Je recommanderais aujourd'hui de faire preuve de patience et d'épouser cette nouvelle ère du savoir qui s'ouvre devant nous pour embrasser nos différences. Il faut également faire appel au système de résolutions à l'ONU mais les résolutions ne sont que des résolutions ! Il faut changer la situation sur le terrain, pas les résolutions".

>> VOIR AUSSI - Alain Juppé est l’un des premiers à avoir demandé un Etat palestinien

"Nous ne pouvons juger Netanyahou que sur les résultats". Après avoir assuré "ne pas vouloir porter de jugement sur l'administration Netanyahou", Shimon Peres estime tout de même "qu'il ne semble pas obtenir de bons résultats, c'est bien pour cela que de nouvelles élections sont organisées. Je n'en fais pas une question personnelle : je crois que je suivrais moi-même une politique différente. Il appartient à Netanyahou de suivre sa politique. Nous ne pouvons le juger que sur les résultats et c'est là-dessus que nous le jugerons, donc."

Shimon Peres, âgé de 91 ans, croit-il possible de voir la paix en Israël de son vivant ? "À 100 % ! Je n'ai pas la moindre espèce de doute à ce sujet !"