Pape François : "cher journal, un an déjà…"

  • A
  • A
Pape François : "cher journal, un an déjà…"
@ REUTERS
Partagez sur :

CARNET DE BORD - Retour sur les paroles et les actes marquants de la première année de pontificat de François.

Le 13 mars 2013 le père argentin Jorge Mario Bergoglio devenait le pape François. En un an, le souverain pontife a insufflé un courant d'air frais dans l'Eglise : sans révolutionner la doctrine, il a bousculé beaucoup d'habitudes. Un remue-ménage qui suscite inquiétudes et grincements de dents dans le système rigide du Vatican.

Le 17 mars 2013 
 A l’agenda aujourd’hui : premier Angelus

Ce jour-là le pape François rédige son premier tweet. Quatre jours après sa nomination par les cardinaux électeurs, réunis en Conclave au Vatican, le pape François poste son premier message à destination des internautes. C’est avec le compte officiel @Pontifex, déjà utilisé par son prédécesseur Benoît XVI, que François remercie ses fidèles, juste après son premier Angélus dominical.



Il s’agira du premier tweet d’une longue série. Au total, le souverain pontife est suivi par plus de neuf millions d’abonnés.  C’est l’équipe de la Secrétairerie d’État qui rédige les messages sous l’œil de l’ancien journaliste américain Greg Burke. Puis ils sont soumis au pape pour approbation, plusieurs fois dans la semaine

Le 8 juillet 2013
 A l’agenda aujourd’hui : premier voyage officiel

Ce jour là, le pape François effectue son premier voyage hors de Rome. Et c’est sur l’île de Lampedusa, dans le sud de l’Italie, où les dizaines de milliers de migrants arrivent chaque année, qu’il se rend. Il fustige alors "l'indifférence" du monde au sort des migrants dans leur quête d'une vie meilleure. "La culture du bien-être nous rend insensibles aux cris d'autrui (...) aboutit à une globalisation de l'indifférence", accuse-t-il lors d’une messe suivie par  10.000 fidèles.

12.03-pape-lampedusa

Le 29 juillet 2013
 A l’agenda aujourd’hui : départ de Rio pour le Vatican

Ce jour là, le pape François est dans l’avion qui le ramène en Italie après son voyage au Brésil pour les Journées mondiale de la jeunesse. Il décide durant le vol de tenir une conférence de presse inédite pendant près d'une heure et demie. Le Saint Père n'élude aucune question, évoquant la réforme de la curie, la place des femmes dans l'Eglise ou encore celle des divorcés.  A la grande surprise des passagers – essentiellement des journalistes - il déclare également que "si une personne est gay et cherche le Seigneur avec bonne volonté, qui suis-je pour le juger ? ".

)

Le 19 septembre
 A l’agenda aujourd’hui : interview avec deux revues jésuites

Ce jour-là le pape François opère un début de virage (attendu) après le pontificat de Benoît XVI marqué par le conservatisme.  Dans une interview accordée à deux revues jésuites européennes et américaines, il partage sa vision de l’Eglise, des débats de société actuels mais aussi sur les moteurs de sa foi.

Il souligne la nécessité pour l’Eglise, de se renouveler et revient longuement sur l’homosexualité, expliquant avoir reçu des lettres, lorsqu’il était à Buenos Aires, de jeunes homosexuels qui se sentaient rejetés et condamnés par l’Eglise. "L’Eglise ne veut pas de cela", explique le souverain pontife, sans pour autant se dire favorable à l’homosexualité. "Nous ne pouvons pas seulement prendre position sur les questions liées à l'avortement, au mariage homosexuel et à l'utilisation de méthodes contraceptives. Cela n'est pas possible. Mais lorsqu'on en parle, il faut en parler dans un contexte", estime-t-il.

Le 26 octobre 2013
 A l’agenda aujourd’hui : discours sur la famille

Ce jour-là un petit garçon vole la vedette au pape. Alors que le pape tient un discours sur la famille devant une place Saint-Pierre comble, un petit garçon surgit sur scène. Il vient saluer le pape et reste à ses côtés pendant plusieurs minutes. Le souverain pontife s’en amuse, l’embrasse et lui tapote la tête, apportant un peu de décontraction à la cérémonie.

La réaction presque "trop normale" du pape lors de ce genre d’évènements inattendus retient l’attention. Depuis son arrivée au Vatican, le pape François marque aussi les esprits par son goût pour les bains de foules, ses gestes spontanés envers les malades, les handicapés que l'on transporte parfois sur des brancards pour qu'il les embrasse.

Le prêtre doit savoir "apporter la caresse de Dieu", dit François qui n'hésite pas à plaisanter, faire monter un enfant sur sa papamobile, échanger sa calotte blanche avec une autre offerte par un fidèle, arborer un maillot de foot ou partager un maté lors des JMJ.

Le 13 janvier
 A l’agenda aujourd’hui : allocution annuelle au corps diplomatique accrédité au Vatican

Ce jour-là le pape François, qui avait, jusqu’à présent cultivé l'image d'un pape plus moderne que son prédécesseur, dénonce la pratique "horrible" de l'avortement. C'est la première fois depuis son élection que le pape se prononce aussi fermement en public contre l'avortement, ce que faisaient fréquemment ses prédécesseurs en conformité avec l'enseignement de l'Eglise.

Même s’il cultive l’image d’un pape plus accessible que son prédécesseur, François ne veut pas paraître permissif  et réaffirme sa position sur les sujets dits sacrés.

sur le même sujet, sujet,

MEDIA - Fan du pape François, ce magazine est fait pour vous

UN AN APRES - A quoi ressemble la nouvelle vie de Benoît XVI ?

COUTUME - Le pape François voyagera avec un passeport argentin

VIE PAPALE - Non, personne n'a forcé Benoît XVI à démissionner