Pakistan : la France prête à faire plus

  • A
  • A
Pakistan : la France prête à faire plus
@ CAPTURE D'ECRAN
Partagez sur :

Nicolas Sarkozy est prêt à mobiliser des moyens militaires pour aider les victimes des inondations.

La France est décidée à répondre à l’appel lancé dimanche par Ban Ki-moon. Le premier secrétaire de l’ONU, en déplacement au Pakistan, ravagé par les inondations, a demandé à la communauté internationale d'accélérer l'arrivée de son aide humanitaire pour secourir les près de 20 millions de victimes de la pire catastrophe naturelle de l’histoire du pays.

"Moyens logistiques militaires"

Le ministère des Affaires étrangère a annoncé que la France allait envoyer un avion transportant 60 tonnes de fret humanitaire, "en réponse aux demandes formulées par le Pakistan et les Nations unies", a écrit le Quai d'Orsay dans un communiqué. La cargaison, qui quittera la France mercredi pour arriver jeudi à Islamabad, comprendra 35 tonnes de matériel d'urgence (bâches, citernes, couvertures, jerricans, éléments de cuisine), 200 abris, 250 kg de pastilles ainsi qu'une station de potabilisation d'eau, donnée par la Fondation Veolia à l'ONG Première Urgence.

En outre, Nicolas Sarkozy a écrit à Juan Manuel Barroso, président de la Commission européenne, pour lui signifier que la France était "prête à mobiliser des moyens logistiques militaires nationaux, aériens et navals, pour l'acheminement de l'aide internationale dans le cadre de l'Otan. (…) Il me paraît essentiel, pour des raisons humanitaires et politiques évidentes, que l'Europe affirme sa solidarité avec les populations pakistanaises de manière visible. L'intérêt de l'Europe est aussi d'assurer le développement et la stabilité de ce pays", écrit encore le chef de l’Etat.

"Après Haïti et la Russie…"

Le président de la République appelle l’Europe à faire plus que les 40 millions d’euros déjà débloqués. "La Commission européenne peut faire plus en s'engageant à couvrir davantage encore les besoins humanitaires immédiats en coordination avec les Etats membres de l'ONU", estime-t-il.

Enfin, Nicolas Sarkozy veut tirer les leçons des récentes catastrophes naturelles qui ont frappé diverses parties du globe. "Après Haïti et les incendies en Russie, nous devons tirer les conséquences de telles situations et nous doter d'une véritable capacité européenne de réaction à ce type de crise, fondée sur les moyens nationaux des Etats membres. La France fera prochainement des propositions en ce sens", annonce le président de la République.