Ouagadougou : une Franco-Ukrainienne ferait partie des victimes

  • A
  • A
Ouagadougou : une Franco-Ukrainienne ferait partie des victimes
@ ISSOUF SANOGO / AFP
Partagez sur :

INCERTITUDE - Les autorités burkinabè donnent des bilans différents quant à la nationalité des morts à Ouagadougou. Une Franco-Ukrainienne faire partie parmi des victimes.

Quatorze ou quinze étrangers figurent parmi les 29 victimes de l'attaque djihadiste de Ouagadougou, selon des bilans différents donnés dimanche par un ministre burkinabè et le procureur du Faso, sept corps restant non-identifiés.

Deux ou trois Français ? Selon le décompte du ministre de la Sécurité Intérieure Simon Compaoré, quatre Canadiens, trois Ukrainiens, deux Suisses, deux Portugais (dont Antonio Basto, qui travaillait et résidait en France), un Néerlandais et deux Français, Eddie Touati et Arnaud Cazier, ont été tués. Au total, quatorze étrangers et huit Burkinabè seraient morts. Mais d'après le bilan communiqué par le procureur Maïza Sereme, quatre Canadiens, deux Ukrainiens, deux Suisses, un Portugais, un Néerlandais, un Américain, un Libyen et deux Français ont péri. Le procureur mentionne par ailleurs une Franco-Ukrainienne parmi les personnes décédées et identifiées.



Parmi les sept victimes encore non-identifiées, on dénombre trois Blancs et quatre Noirs, a précisé le procureur.

Six Canadiens tués ? Le Premier ministre canadien Justin Trudeau avait affirmé samedi soir que six Canadiens avaient été tués mais il est possible que parmi ces six morts certains figurent parmi les non-identifiés ou aient une double nationalité. Les Etats-Unis ont annoncé dans la matinée la mort d'un de leurs ressortissants.

Incertitude aussi sur le nombre de djihadistes. Trois djihadistes, "deux à la peau blanche et un à la peau noire" ont aussi été tués, selon le ministre. "Au stade actuel de l'enquête, on ne peut pas savoir le nombre exact de djihadistes", a souligné Simon Compaoré, interrogé sur les témoignages faisant état d'un nombre plus important que trois.