Oslo, un crime contre l’humanité ?

  • A
  • A
Oslo, un crime contre l’humanité ?
@ REUTERS
Partagez sur :

La police norvégienne envisage de poursuivre Anders Behring Breivik pour ce motif.

Que risque pénalement Anders Behring Breivik, l’homme qui a reconnu être l’auteur du massacre qui a fait 76 morts à Oslo vendredi. Selon la justice norvégienne, l’homme de 32 ans risque une peine maximale de 21 ans de prison, mais la sanction pourrait monter à trente ans si le crime contre l’humanité est validé.

Pour le moment, la police norvégienne l’envisage seulement. "La police a jusqu'à présent invoqué le paragraphe 147 qui porte sur le terrorisme mais elle n'exclut pas de recourir à d'autres disposition", a déclaré un porte-parole du procureur en charge du dossier.

Jugé au moins pour "actes de terreur"

Il fait référence à une nouvelle disposition du code pénal punissant les "crimes contre l’humanité". Introduit en Norvège en 2008, le paragraphe 102 prévoit une peine maximale de 30 ans de prison.

Pour le moment, la police a invoqué les deux premiers alinéas du paragraphe 147, qui vise les "actes de terreur". Le premier couvre "la déstabilisation grave de fonctions essentielles de la société" pour le premier et le second l'intention "de semer la peur au sein de la population".

La police convaincue qu’il était seul

Par ailleurs, la police norvégienne s’est dite convaincue que le tueur avait agi seul, malgré l’évocation par Breivik de "deux autres cellules".

"Nous pensons que l'accusé est très peu crédible quand il affirme cela, mais on n'ose pas totalement écarter l'hypothèse", a expliqué un enquêteur.

Signe que la police ne croit guère à cette thèse, les contrôles aux frontières imposés après la double attaque du 22 juillet ont été levés lundi. La Norvège n'a pas non plus demandé à d'autres pays de mener des enquêtes et n'a pas relevé son niveau d'alerte au terrorisme.