Oslo : hommage aux victimes de Breivik

  • A
  • A
Oslo : hommage aux victimes de Breivik
@ MAXPPP
Partagez sur :

Une cérémonie nationale a eu lieu dimanche en hommage aux 77 victimes du tueur norvégien.

Toujours sous le choc du carnage du 22 juillet, la Norvège a rendu hommage aux victimes du double attentat perpétré il y a un mois par Anders Behring Breivik sur l'île d'Utoya et à Oslo, près du siège du gouvernement.

"Cela fait du bien d'être réunis tous ensemble", a déclaré le roi Harald lors de la cérémonie au Spektrum d'Oslo. "En tant que père, grand-père et époux, je peux ressentir la peine que vous éprouvez. En tant que roi, je ressens la peine pour chacun d'entre vous", a-t-il dit, tout de noir vêtu et la voix tremblante d'émotion.

Une cérémonie poignante

La cérémonie s'est déroulée devant 6.700 personnes, dont les présidents finlandais et islandais, des membres des familles royales de Suède et du Danemark, des proches des victimes, des survivants et des secouristes.

Au cours de la commémoration, les proches des victimes ont éclaté en sanglots lorsque le nom des tués ont été prononcés, devant les photos projetées sur un écran géant.

La cérémonie clôture un week-end pénible pour les familles des victimes et survivants, de retour samedi sur l'île d'Utoya où Anders Behring Breivik, déguisé en policier, avait abattu de sang froid plusieurs dizaines de jeunes.

"Ce ne sera jamais vraiment terminé"

"La commémoration a été digne et belle, poignante aussi, surtout quand les visages de toutes les victimes ont été projetés", a déclaré Monica Andersen, âgée de 36 ans, proche d'un jeune homme tué sur la petite île.

utoya, fleurs, hommage, victimes, breivik, norvege, oslo

© MAXPPP

Cette cérémonie doit permettre aux rescapés de la tuerie d'Utoya de faire leur deuil et de se reconstruire, comme l'indique Adrian Pracon, sur lequel a tiré Breivik.  "C'est bien qu'il y ait une cérémonie nationale", a confié le jeune homme de 21 ans. "Mais ce ne sera jamais vraiment terminé car tous les jours nous nous souviendrons de ce qui s'est passé".