Obama renonce au sommet de Moscou

  • A
  • A
Obama renonce au sommet de Moscou
@ REUTERS
Partagez sur :

En cause notamment, l'affaire Snowden. Le Kremlin a exprimé mercredi sa déception.

L’INFO. Le suspense planait depuis des semaines. Barack Obama a finalement tranché en décidant mercredi d’annuler le sommet prévu début septembre à Moscou avec le président russe Vladimir Poutine. L’affront est "rare", note le Washington Post. La Maison-Blanche l’a justifié par un manque de "progrès" dans les relations russo-américaines, sur fond d’affaire Snowden.

Une décision "décevante" sur Snowden... Dans son communiqué, la Maison-Blanche estime en effet que "les relations bilatérales avec la Russie n’ont pas enregistré assez de progrès récents pour qu’un sommet américano-russe se déroule début septembre".

Plusieurs raisons sont invoquées : la prolifération des armes et la défense anti-missile, les relations commerciales, des "questions de sécurité globales" ainsi que "les droits de l’homme et la société civile ces douze derniers mois". Mais les services de Barack Obama évoquent surtout "la décision décevante [de Moscou] d’accorder l’asile temporaire à Edward Snowden", l’ex-consultant des renseignements américains à l’origine de révélations fracassantes sur l’espionnage des communications dans son pays.

> A LIRE AUSSI : Snowden en Russie : "la justice a gagné"

… Et la Russie "déçue". En réaction, Moscou a fait part de sa "déception" : la Russie s’est dite "déçue" de l’annulation de la rencontre et assure être prête à travailler avec les États-Unis.

"Mentalité de la Guerre Froide". La décision du président américain devrait provoquer le courroux de Moscou. D’autant plus que mardi, Barack Obama a fait une sortie remarquée sur la Russie, accusée de revenir parfois à "une mentalité de la Guerre Froide". Avant d’assurer, sur le plateau de l’animateur Jay Leno : "nous devons penser à l’avenir. Et il n’y a pas de raison pour que nous ne puissions pas être en mesure de coopérer plus efficacement que nous ne le faisons".

Obama ira quand même au G20. Si le sommet russo-américain est annulé, Barack Obama se rendra tout de même au G20 prévu à Saint-Pétersbourg, début septembre. Un autre déplacement, en Suède, est également maintenu.