Obama-Hollande : l'heure du face-à-face

  • A
  • A
Obama-Hollande : l'heure du face-à-face
Barack Obama s'est ainsi réjoui de la volonté de François Hollande de remettre la croissance au cœur des priorités européennes.@ Reuters
Partagez sur :

G8 et sommet de l'Otan : les quatre jours chargés du président français en visite aux Etats-Unis.

Après son passage par Berlin le jour même de son intronisation, François Hollande va poursuivre son baptême du feu diplomatique lors d'une visite de quatre jours aux Etats-Unis. Au programme : un rendez-vous à la Maison-Blanche, un sommet du G8 à Camp David avant celui de l'Otan à Chicago. Un séjour américain qui avait été bien préparé par l'administration Obama. Le 11 mai dernier, une délégation comprenant le secrétaire adjoint aux Affaires européennes s'était rendu à Paris.

La personnalité, le style mais aussi les positions diplomatiques du nouveau président français seront observés à la loupe par ses partenaires.

Vendredi : la rencontre à la Maison-Blanche. Le président français fera d'abord étape à Washington pour un entretien préalable avec Barack Obama. Le président américain a tenu à faire la connaissance du nouveau président français le temps d'un entretien à la Maison-Blanche. Une marque d'attention qui rompt avec une campagne présidentielle lors de laquelle le candidat socialiste avait été "snobé" par les grands de ce monde. Pour le président américain, cette première "prise de contact" visera d'abord à prendre le pouls de son nouveau partenaire sur des dossiers difficiles qui seront discutés aussi bien dans le cadre du G8 que celui de l'Otan. Cet entretien sera suivi d'une déclaration commune avec Barack Obama et d'un déjeuner avec la secrétaire d'Etat Hillary Clinton.

Le président François Hollande va également rencontrer pendant une petite heure la communauté française de Washington à "guichets fermés", les 2.000 invitations disponibles ayant été réservées en moins de deux jours.

Vendredi et samedi : le sommet du G8 à Camp David. Pour François Hollande, c'est l'heure de retrouver ses pairs des grands pays industrialisés dans le cadre champêtre de Camp David, dans l'état du Maryland, à 100 km de Washington. Sur les dossiers au menu du G8, les deux présidents paraissent proches. Barack Obama s'est ainsi réjoui de la volonté de François Hollande de remettre la croissance au cœur des priorités européennes, à rebours de la discipline budgétaire de fer défendue par l'Allemagne. Au final, s'il reconnaît des "divergences d'approche" sur certains sujets avec ses partenaires, l'entourage de François Hollande n'anticipe pas de "difficultés particulières" pendant son séjour américain. "Obama est en campagne électorale", note un expert, "il souhaite d'abord que ces sommets soient valorisants pour lui". Plus que sur le fond, la première grande sortie internationale du nouveau président français doit d'abord lui permettre de prendre contact avec ses pairs et de poser le style de sa diplomatie.

Dimanche et lundi : le sommet de l'Otan à Chicago. Le sommet de l'Otan s'annonce, lui, plus épineux avec le dossier afghan qui sera à coup sûr au menu des discussions. François Hollande l'a promis et répété tout au long de sa campagne présidentielle : les 3.500 soldats français qui y sont encore déployés quitteront le pays avant la fin 2012, avec deux ans d'avance sur le calendrier fixé par l'Otan. Sans viser la France, les Etats-Unis avaient rappelé aux 28 pays de l'Otan leur engagement à maintenir leurs forces jusqu'à fin 2014. Dans les faits, les Américains semblent prêts à des accommodements. François Hollande, lui aussi, a affiné sa position. D'abord en n'évoquant plus qu'un retrait des troupes "combattantes", ensuite en promettant de le faire "en bonne intelligence avec nos alliés". Enfin en convenant que, pour des raisons matérielles, ce mouvement prendrait "sans doute plus de temps".

Seront également évoqués le projet de bouclier antimissile de l'Otan défendu par Washington, dont le président français s'était montré "réticent" ainsi que ceux du nucléaire iranien et de la crise en Syrie.

La place de Valérie Trierweiler. Cette visite sera également le baptême du feu sur la scène internationale pour la Première dame, Valérie Trierweiler. Elle est d'ailleurs invitée à tous les événements organisés par Michelle Obama en marge des sommets du G8 et de l'Otan. Le fait qu'elle ne soit pas mariée au président français François Hollande ne pose pas de problème "de protocole", a indiqué jeudi la Maison-Blanche.

La Première dame des Etats-Unis sera l'hôte d'une série d'événements pendant ces sommets, notamment une visite guidée de la Maison-Blanche suivie d'un "déjeuner intime" samedi. Dimanche, les conjoints des dirigeantes et dirigeants, qui participent au sommet de l'Otan, ont été invités par Michelle Obama à se rendre avec elle dans un centre d'aide aux jeunes dans les quartiers sud défavorisés de Chicago. Un spectacle de danse y est prévu. Dimanche soir, Michelle Obama sera l'hôte d'un dîner en l'honneur des épouses et époux de chefs d'Etat et de gouvernement de l'Alliance atlantique, organisé dans l'Institut d'art de Chicago.