Nouveau tir de missile raté par la Corée du Nord

  • A
  • A
Nouveau tir de missile raté par la Corée du Nord
Il s'agit du second lancement raté en moins d'une semaine d'un missile Musudan.@ KNS / KCNA / AFP
Partagez sur :

Malgré ce nouvel échec, la technologie nord-coréenne en matière de missile progresse à vitesse grand V et de façon très inquiétante.

La Corée du Nord a mené jeudi ce qui semble être un nouveau tir raté d'un puissant missile de portée intermédiaire susceptible de toucher des bases américaines jusque sur l'île de Guam, dans le Pacifique nord, a annoncé l'armée sud-coréenne.

Deuxième échec en moins d'une semaine. Il s'agit du second lancement raté en moins d'une semaine par la Corée du Nord d'un missile Musudan, qui, d'après certains experts, pourrait être opérationnel dès l'année prochaine. Le Conseil de sécurité de l'ONU avait condamné le dernier tir de Musudan - survenu samedi - alors même qu'il débat de nouvelles sanctions contre Pyongyang en réaction à son cinquième essai nucléaire, mené le 9 septembre. D'après l'analyse des armées sud-coréenne et américaine, le missile a explosé peu après son lancement aux environs de 6h30 (heure nord-coréenne, soit minuit heure française), ajoute l'état-major interarmes dans un communiqué. 

D'une portée maximale de 4.000 km. Le Musudan, un missile de fabrication nord-coréenne, avait été dévoilé pour la première fois en octobre 2010 lors d'un défilé militaire. Il a une portée théorique comprise entre 2.500 et 4.000 kilomètres. Il pourrait, dans cette fourchette basse, atteindre la Corée du Sud ou le Japon. Dans sa fourchette haute, il est susceptible de toucher l'île de Guam. Le missile a désormais été testé huit fois cette année, une seule fois avec succès. Pyongyang avait lancé en juin un Musudan qui avait parcouru 400 kilomètres avant de s'abîmer en mer du Japon. Ce tir avait été salué par le leader nord-coréen Kim Jong-Un comme une preuve des capacités de Pyongyang de frapper les bases militaires américaines sur "le théâtre d'opérations du Pacifique".

Une avancée technologique express. Malgré cette série d'échecs, certains spécialistes considèrent que le programme Musudan avance à grands pas. "S'ils continuent à ce rythme, le missile à portée intermédiaire Musudan pourrait être opérationnel l'année prochaine, soit bien plus tôt que ce à quoi on s'attendait", a écrit récemment John Schilling, ingénieur en aérospatiale, sur le site Internet 38 North de l'Institut américano-coréen de l'Université Johns Hopkins. D'après des experts militaires américains, tout essai probant de missiles Musudan pourrait aider la Corée du Nord à mettre au point un missile intercontinental (ICBM) capable de porter le feu nucléaire sur le continent américain à l'horizon 2020.