New York : des militants anti-fourrure perturbent une soirée Kors

  • A
  • A
New York : des militants anti-fourrure perturbent une soirée Kors
Michael Kors est remonté sur scène une fois la manifestation terminée. @ ANGELA WEISS / AFP
Partagez sur :

"Michael Kors a du sang sur les mains", ont scandé des dizaines de manifestants.

Des militants anti-fourrure ont interrompu le styliste Michael Kors, mercredi soir, à New York, lors d'une soirée payante où il discutait de sa carrière avec le public.

Conférence en Facebook live. "Michael Kors a du sang sur les mains", ont scandé des dizaines de manifestants en défilant dans l'auditorium plongé dans le noir du Metropolitan Museum of Art, peu avant que la sécurité n'évacue Michael Kors, dont la conférence était diffusée en direct sur Facebook. Au moins deux manifestants sont montés sur scène. "Honte à vous tous de soutenir cette industrie", a lancé l'un d'eux, alors que la foule stupéfaite restait assise et que le personnel du musée s'efforçait d'évacuer les protestataires aussi rapidement que possible.

Marque créée en 1981. Michael Kors est remonté sur scène une fois la manifestation terminée. Il a créé sa marque de prêt-à-porter décontracté et luxueux (vêtements et sacs à main) en 1981 et habillé depuis actrices hollywoodiennes, superstars de la musique et Premières dames américaines. Parmi ces dernières figure Melania Trump, épouse de l'actuel président américain Donald Trump. Elle était ainsi habillée en Kors en accueillant lundi le président du Panama et sa femme.

D'autres couturiers célèbres opposés à la politique du président américain ont refusé d'habiller Melania Trump. Pas Kors, pour qui "elle est une cliente depuis très longtemps". Sa société n'est pas au meilleur de sa forme : elle va fermer 100 à 125 de ses boutiques, concurrencées par l'e-commerce. Le 31 mai, ses résultats du quatrième trimestre montraient une baisse du chiffre d'affaires de 11,2% à 1,06 milliard de dollars, soit 950.000 euros environ.

Célèbre aux États-Unis, Michael Kors dit avoir appris "l'extravagance" des femmes françaises à Paris, lorsqu'il y travaillait comme directeur de la création pour la marque Céline entre 1998 et 2004.