New York bannit les sodas format XXL

  • A
  • A
New York bannit les sodas format XXL
@ REUTERS
Partagez sur :

En interdisant la vente des formats supérieurs à un demi-litre, la mairie espère ainsi limiter l’obésité. 

Coutumiers de la démesure, les Américains résidant à New York risquent d’être obligés de revoir leurs habitudes. La municipalité a en effet décidé jeudi qu’elle allait désormais encadrer plus strictement la vente des sodas : fast-foods et restaurants n’ont qu'à bien se tenir.

Haro sur les grands formats

Décidé à lutter contre l'obésité galopante, le maire de New York Michael Bloomberg a donc décidé jeudi d'imposer une interdiction partielle des ventes de sodas de plus d'un demi-litre.

Désormais, la taille des sodas individuels vendus dans les fast-foods et les restaurants ainsi que les lieux publics tels que les stades ne pourra dépasser 47 centilitres.

Mais les exceptions sont nombreuses…

Cependant, cette interdiction ne s'applique pas aux supermarchés et aux épiceries où les New-Yorkais pourront continuer à acheter des sodas, souvent moins chers que l'eau, en bouteilles au format XXL.

L'interdiction ne concerne pas non plus les boissons où les édulcorants remplacent le sucre ainsi que les jus de fruits. Le Coca-Cola et toutes les versions light des sodas ne sont donc pas concernées.

… et la loi a de nombreux adversaires

coca pepsi 930

© Max PPP

 Malgré ces exceptions, la nouvelle législation est déjà menacée. Le secteur de la restauration rapide et l’industrie agroalimentaire menacent en effet de contester devant la justice cette interdiction. Une vaste opération de lobbying n’est pas à exclure s’ils n’obtiennent pas gain de cause.

Un autre groupe risque également de contester la mesure : le Centre pour la liberté des consommateurs. Ce dernier s’était déjà s'était payé une pleine page de publicité dans le New York Times, où l'on voyait le maire en robe et foulard, avec la légende "les New-Yorkais ont besoin d'un maire, pas d'une nounou".

Enfin, cette mesure se heurte à une habitude solidement ancrée aux Etats-Unis : le "refill", littéralement "la recharge". Dans toutes les chaines de fast-food, ce n’est pas l’employé mais le client qui remplit son verre, des fontaines à sodas étant disposées dans le restaurant. Dès lors, peu importe la contenance du gobelet, le client peut le remplir à volonté et boire autant de sodas qu’il le souhaite.