Un nouveau séisme meurtrier frappe le Népal

  • A
  • A
Partagez sur :

Un tremblement de terre de magnitude 7,3 a été ressenti, mardi, au Népal. Il s'agit d'une violente réplique du séisme qui a fait des milliers de morts il y a trois semaines.

Un séisme de magnitude 7,3 a secoué mardi le Népal. Il s'agit de la réplique la plus violente depuis le tremblement de terre du mois d'avril. La secousse a été ressentie jusqu'à New Delhi, en Inde, à plus de 1.000 kilomètres de l'épicentre, tandis que des plus petites répliques continuent à frapper le pays. Le dernier bilan fait état d'au moins 65 morts au Népal, plus 17 autres victimes côté indien, selon l'agence de gestion des catastrophes népalaise.

  • Des victimes et des dégâts

Outre ces décès répertoriés, le tremblement de terre a blessé 1.117 personnes, selon l'agence de presse Reuters. Un bilan qui pourrait s'alourdir dans les heures et les jours à venir.

Ville par ville, bâtiment par bâtiment, deux semaines après le premier séisme, les Népalais redécouvrent l'horreur des corps écrasés sous les décombres. La Croix Rouge craint de nombreuses victimes à Chautara, une ville à une trentaine de kilomètres à l'est de Katmandou, selon des ONG sur place. Des témoins rapportent avoir entendu parler de nouveaux glissements de terrain et avalanches. Un habitant de la ville a publié une photo des rues désertées et d'un bâtiment effondré après la secousse de mardi. Un hélicoptère survole actuellement la zone.



Deux importants immeubles endommagés par le séisme du 25 avril se sont effondrés mardi dans la capitale mais ce sont les districts de Dolakha et Sindhupalchowk, les plus touchés par le premier séisme et qui ont à nouveau payé un lourd tribut. "De nombreuses maisons se sont effondrées à Dolakha et il y a un risque que le nombre de morts dans ce district augmente", a dit le ministre de l'Intérieur, Bam Dev Gautam.

  • Les administrations touchées

Les patients de l'hôpital de Katmandou ont été évacués. L'aéroport de la capitale, après avoir été brièvement fermé, a rouvert. Effrayés par la secousse, des passagers avaient trouvé refuge sur les pistes



L'Himalayan Times annonce que la rentrée scolaire, prévue le 15 mai, a été reportée de deux semaines. 

Il y a deux semaines, le gouvernement népalais avait pris la décision controversée d'autorisée à nouveau les treks en Himalaya, à quelques kilomètres de l'épicentre du séisme du 12 mai.

  • Le souvenir terrifiant du premier séisme

Après ce séisme, les habitants ont à nouveau passé la nuit dehors, par crainte de voir le toit de leur maison s'effondrer sur eux.

Le tremblement de terre "nous a réveillé, on a sauté du lit", a raconté à Europe 1 Dominique Bourre, un Français installé au Népal, au sud de Katmandou. Il ajoute que la maison voisine de chez lui "a de nouveau perdu un étage", qui s'est effondré. Les habitants de la capitale Katmandou sont immédiatement sortis des bâtiments et ont trouvé refuge dans les rues. De nombreuses vidéos amateures montrent des Népalais tentant de s'abriter sous des embrasures de portes ou se ruant vers l'extérieur. Les secousses se sont enchaînées dans la matinée. "Ca n'arrête pas", témoigne pour Europe 1 un travailleur humanitaire de l'ONG Acted, qui continue : "A chaque fois que ça tremble, tout le monde se met debout. Les oiseaux crient avant chaque secousse."

Mardi, les autorités ont en effet demandé à la population de rester à l'extérieur et de ne pas encombrer le réseau mobile avec des appels, d'utiliser plutôt les SMS pour demander des nouvelles de leurs proches.

Les Népalais sont toujours traumatisés par le terrible séisme du mois d'avril. The Guardian, journal britannique, rapporte les paroles de témoins : "Je pouvais le voir dans les yeux de gens qui ont vécu le premier séisme - ils sont terrifiés", disait l'un d'eux. 

  • La plus forte réplique depuis avril

"Il vient d'y avoir la plus grosse réplique depuis le début, presque aussi forte que la première mais ça a été plus court", a expliqué le témoin interrogé par Europe 1. "On est surpris, il y avait beaucoup de répliques depuis quinze jours, mais peu fortes. Depuis deux jours, ça s'était calmé", a-t-il témoigné. La grosse secousse a duré entre quelques secondes et près de deux minutes, selon le ressenti des témoins.

Selon le Centre sismologique euro-méditerranéen, une ONG de surveillance de l'activité sismologique, il y a eu huit tremblements de terre en 70 minutes ce mardi matin.

L'épicentre du gros tremblement de terre était situé à 68 km à l'ouest de Namche Bazar, près du camp de base du mont Everest, à seulement 10 km de profondeur, selon l'institut de veille géologique américain USGS. 

De son côté, Google a immédiatement relancé son outil pour entrer en contact avec des proches se trouvant dans la région. Le ministère français des Affaires étrangères a rouvert une cellule de crise, joignable au 01.43.17.56.46.

Un séisme de magnitude 7,8 a dévasté le Népal le 25 avril, faisant au moins 8.046 morts et plus de 17.800 blessés, selon le dernier bilan fourni par les autorités népalaises.