"Ne nous sous-estimez pas", ordonne Donald Trump à la Corée du Nord

  • A
  • A
"Ne nous sous-estimez pas", ordonne Donald Trump à la Corée du Nord
"Le temps de la force est venu", a claironné le président américain@ LEE JIN-MAN, LAURENT FIEVET / AFP
Partagez sur :

"Ne nous sous-estimez pas, ne nous mettez pas à l'épreuve", a déclaré Donald Trump devant l'Assemblée nationale sud-coréenne.

Le président américain Donald Trump a adressé mercredi depuis Séoul un avertissement à la "dictature cruelle" de Pyongyang, en l'appelant à ne jamais "sous-estimer" la détermination des États-Unis et de ses alliés.

Des nations qui doivent se serrer les coudes. "Toutes les Nations responsables doivent unir leurs forces pour isoler le régime brutal de Corée du Nord", a-t-il lancé à la tribune de l'Assemblée nationale sud-coréenne. "Vous ne pouvez pas soutenir, vous ne pouvez pas approvisionner, vous ne pouvez pas accepter", a-t-il ajouté en citant la Chine et la Russie, deux alliés traditionnels de Pyongyang.

"Le temps de la force est venu". "Ne nous sous-estimez pas, ne nous mettez pas à l'épreuve", a déclaré Donald Trump à l'adresse de la Corée du Nord. "Nous défendrons notre sécurité commune, notre prospérité commune et notre liberté sacrée". "Le temps de la force est venu", a claironné le président américain, dans un discours particulièrement incisif contrastant avec le ton plus mesuré adopté la veille.

Un climat tendu dans la péninsule coréenne. Donald Trump a entamé mardi sa première visite officielle en Corée du Sud, après des mois de dégradation continue du climat sur la péninsule divisée. En cause, l'intensification des programmes militaires de Pyongyang, qui a réalisé en septembre son sixième essai nucléaire - le plus puissant à ce jour - et testé plusieurs missiles potentiellement susceptibles d'atteindre le territoire américain. "Nous ne laisserons pas les villes américaines être menacées de destruction", a-t-il averti mercredi.

"Nous allons offrir un chemin vers un avenir bien meilleur". "Loin de garantir l'égalité de ses citoyens, cette dictature cruelle les mesure, les note et les classe en fonction de critères arbitraires liés à leur fidélité à l'État", a aussi dit le président américain.

"Les armes que vous acquérez ne renforcent pas votre sécurité", a-t-il lancé dans ce qu'il a présenté comme un message direct au dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un. "Elles exposent votre régime à un grand danger." "Malgré tous les crimes que vous avez commis contre Dieu et l'homme", a-t-il poursuivi, "nous allons offrir un chemin vers un avenir bien meilleur."

Des progrès sur le dossier nord-coréen. Le président américain avait mardi fait état de "beaucoup de progrès" sur le dossier nucléaire nord-coréen, sans toutefois donner de précisions. Mais il avait aussi affirmé que son homologue chinois Xi Jinping - qu'il ira rencontrer mercredi dans son pays - avait "été vraiment très, très utile".


Trump annule une visite surprise sur la DMZ en raison du mauvais temps

Le président américain Donald Trump a annulé au dernier moment mercredi une visite surprise sur la zone démilitarisée (DMZ) séparant les deux Corées, en raison du mauvais temps.

Un trop mauvais temps. L'hélicoptère présidentiel ainsi que ceux du petit groupe de journalistes l'accompagnant avaient décollé de la base de Yongsan pour rejoindre la DMZ, mais ils ont fait demi-tour en raison des conditions atmosphériques. Selon la porte-parole de l'exécutif américain, Sarah Sanders, le président sud-coréen Moon Jae-in devait rejoindre Donald Trump sur place.

Un "moment historique". Cela aurait été "un moment historique", selon elle, car cela aurait été la première fois qu'un président américain et son homologue sud-coréen se seraient trouvés ensemble sur place : "Cet effort montre la force de l'alliance entre nos deux pays", a-t-elle ajouté.Avant le début de cette vaste tournée asiatique, la Maison Blanche avait indiqué que Donald Trump ne se rendrait pas sur cette zone chargée en symboles, par manque de temps.

Une frontière très militarisée. Contrairement à ce que son nom pourrait laisser penser, la DMZ est probablement la frontière la plus militarisée au monde. Située à quelques dizaines de kilomètres au nord de Séoul, cette bande de terre de quatre km de large et de 248 km de long est parsemée de barrières électrifiées, de champs de mines et de murs antichars.