Naufrage : des migrants portent plainte

  • A
  • A
Naufrage : des migrants portent plainte
Sur les 72 passagers qui avaient pris place à bord du canot, seuls neuf ont survécu. (photo d'illustration)@ REUTERS
Partagez sur :

RÉCIT - Trois Éthiopiens ayant survécu au naufrage de leur canot accusent un navire militaire belge de ne pas leur avoir porté secours.

L’INFO. Sur les 72 passagers à bord, seuls neuf avaient survécu. Trois Ethiopiens rescapés du naufrage de leur canot de fortune, après avoir quitté la Libye en mars 2011, ont déposé plainte mardi contre la Belgique et d’autres pays de l’Otan. Ces trois jeunes hommes, aujourd’hui installés aux Pays-Bas et en Australie, accusent les autorités de ne pas leur avoir porté secours alors que leur embarcation était à la dérive, en pleine Méditerranée.

Un zodiac de 10 mètres. Dans la nuit du 26 au 27 mars 2011, un zodiac de 10 mètres quitte Tripoli. A son bord, 72 personnes, dont les trois Ethiopiens, travailleurs migrants dans la Libye de Kadhafi, alors en plein conflit. A leurs côtés, vingt femmes et deux bébés. Le canot a pour destination l’île italienne de Lampedusa. Le trajet doit, en principe, durer une vingtaine d’heures, mais à mi-chemin, le zodiac se retrouve à court de carburant, dans une zone placée le mois précédent sous surveillance par les pays de l’Otan.

L’"alerte maximum" déclenchée. Les migrants appellent dans la soirée du 27 mars un prêtre italien d’origine érythréenne, qui avertit les gardes-côtes italiens. Un signal "d’alerte maximum" est relayé et répété toutes les quatre heures pendant dix jours. Il est destiné aux "forces militaires italiennes, françaises, belges, espagnoles, britanniques, canadiennes et américaines" à proximité de la zone.  Auparavant, peut-on lire dans la plainte, un avion avait aussi survolé l’embarcation et l’avait même prise en photo.

Une embarcation de migrants faisant route vers Lampedusa (photo d'illustration) :

Un bateau transportant des migrants à Lampedusa

© REUTERS

Mais personne n'intervient. Pendant ce temps-là, la situation s’aggrave à bord du canot. Les passagers meurent les uns après les autres. L’embarcation est encore survolée "quatre ou cinq fois" par un hélicoptère, qui largue quelques vivres. Un survivant a même affirmé qu’un navire militaire s’était approché " une dizaine de mètres". Mais personne ne vient au secours des migrants. Ce n’est que le 10 avril que le zodiac finit par accoster, après plusieurs jours de dérive, sur les côtes libyennes. Il n’y a plus que onze personnes en vie à bord, et deux d’entre elles succombent peu après.

Ils veulent "que justice soit faite". D’après les témoignages des rescapés, le navire qui s’est approché pourrait être le Narcisse, un chasseur de mines belge, placé sous le commandement de l’Otan. C’est pour cela que les trois Éthiopiens, aujourd’hui âgés de 15, 21 et 25 ans, ont introduit une plainte avec constitution de partie civile devant un juge d’instruction à Bruxelles. La plainte vise "les hauts responsables de la marine belge et le commandant du bateau". Ce que les survivants veulent, ce n’est pas une indemnité, mais "que justice soit faite", souligne la FIDH. La tâche s’annonce difficile : des plaintes similaires ont été déposées depuis 2012 en France, en Espagne, en Italie et ailleurs, mais elles sont restées globalement lettre morte. 

sur le même sujet

ZOOM - Immigration : en Europe, c'est chacun pour soi " url_id="239275">ZOOM - Immigration : en Europe, c'est chacun pour soi

TEMOIGNAGE E1 - " url_id="239165">TÉMOIGNAGE E1 - "Tu te frottes à la mort"

CARTE - Les portes d'entrée de l'Europe" url_id="248157">CARTE - Les portes d'entrée de l'Europe