Mort de Castro : Pierre Laurent (PCF) salue "un des dirigeants du mouvement d'émancipation humaine"

  • A
  • A
Mort de Castro : Pierre Laurent (PCF) salue "un des dirigeants du mouvement d'émancipation humaine"
Partagez sur :

Le secrétaire national du Parti communiste français rappelle que Fidel Castro "a libéré son peuple en 1959".

Fidel Castro, décédé vendredi soir, "restera dans l'Histoire" comme "l'un des dirigeants du mouvement d'émancipation humaine", qui a notamment "tenu tête à l'impérialisme américain", a réagi samedi le secrétaire national du Parti communiste français (PCF), Pierre Laurent.

"Il a tenu tête à l'impérialisme américain". Fidel Castro "a libéré son peuple en 1959, à l'époque où l'île était en quelque sorte le bordel et le casino des riches Américains. Et puis il a tenu tête à l'impérialisme américain. Dans le monde entier, dans l'Amérique centrale et latine, c'est un homme qui a beaucoup compté", a déclaré Laurent sur iTELE. "Ca a été dans le XXe siècle, l'un des dirigeants du mouvement d'émancipation humaine. La révolution qu'il a menée a eu lieu à l'époque de la décolonisation et s'inscrivait dans ce mouvement de restauration de la souveraineté des peuples. C'est ça qui restera dans l'Histoire", a poursuivi le sénateur de Paris.

"Son frère a été dans l'équipe de la Révolution dès le début". "Pour le reste, il y a des changements déjà en cours à Cuba (...) Je pense que ce mouvement de transformation va s'approfondir dans les mois qui viennent", a poursuivi le dirigeant communiste, soulignant que "la situation a évolué, y compris dans l'affrontement avec les Etats-Unis. "Son frère (Raul Castro) a été dans l'équipe de la Révolution dès le début. Ils sont évidemment différents, ne serait-ce que d'un point de vue personnel, et Raul a tenu un rôle moins en évidence pendant les premières décennies de la révolution, mais ils sont animés de la même volonté de maintenir la voie du socialisme à Cuba et de le faire en essayant d'approfondir régulièrement les voies démocratiques", selon Laurent.

"L'image qui va rester, c'est celle de la prise du pouvoir, de la prise du palais de la Moncada, de la révolution de 1959, celle où il a libéré son peuple. Et les images de Fidel et le Che vont également rester dans l'Histoire", a ajouté Pierre Laurent. La Moncada est en fait la caserne que Fidel Castro et ses partisans ont en vain tenté de prendre d'assaut le 26 juillet 1953. Cette date est devenue le nom du mouvement révolutionnaire du dirigeant cubain arrivé au pouvoir un peu moins de six ans plus tard.