Mitt Romney remporte le Super Tuesday

  • A
  • A
Mitt Romney remporte le Super Tuesday
@ REUTERS
Partagez sur :

VIDEO - Le candidat républicain remporte 6 Etats. Mais ses rivaux restent en course.

Rien n’est gagné. En s'imposant dans cinq des dix Etats en jeu, dont le très convoité Ohio, Mitt Romney émerge comme le vainqueur du Super Tuesday…même s’il n’a pas obtenu la victoire large et nette dont il rêvait. Le modéré fait la course en tête quasiment depuis le début du long processus de désignation du candidat à la présidentielle et comptait sur cette journée pour assommer ses adversaires après ses succès dans l'Etat de Washington, l'Arizona et le Michigan la semaine passée.C’est loin d’être chose faite.

Ses rivaux Rick Santorum et Newt Gingrich ont glané des victoires dans certains Etats leur permettant de se maintenir dans la course l'investiture républicaine pour la Maison-Blanche.

Romney engrange le plus de points

Mitt Romney, ancien gouverneur du Massachusetts, s'est ainsi imposé chez lui, mais également dans le Vermont, la Virginie, l'Idaho, l'Alaska et surtout l'Ohio, Etat souvent considéré comme l'une des clés de la course à l'investiture. Il l’a remporté d’un cheveu devant Rick Santorum, remportant 38% contre 37% pour le sénateur républicain de Pennsylvanie, selon des estimations diffusées par les médias américains.

Il s'est dit heureux de "rentrer à la maison" (en anglais) :

Cette nouvelle victoire poussive est un petit pas de plus vers l'investiture du parti républicain pour Mitt Romney, un multimillionnaire considéré comme un modéré, qui peine à convaincre la base républicaine deux mois après le lancement dans l'Iowa des primaires.

Santorum et Gringrich toujours dans la course

Mais les victoires de l'ultraconservateur Rick Santorum dans le Tennessee, un Etat conservateur du sud, dans l'Oklahoma (sud) et le Dakota du Nord (nord), empêchent toujours Mitt Romney de porter le coup décisif qu'il espérait. Le sénateur s'est félicité d'avoir décroché des "médailles d'or" et une poignée de "médailles d'argent".

Rick Santorum s'exprimait de l'Ohio (en anglais) :

Newt Gingrich a, de son côté, raflé une nette victoire dans son fief de Géorgie, avec 47% des voix, selon les résultats quasi-définitifs. "Merci la Géorgie! C'est flatteur de l'emporter dans mon Etat de manière si claire pour lancer notre grande course du mois de mars", a réagi l'ancien président de la Chambre des représentants sur son compte Twitter.

Son discours de victoire (en anglais) :

Au niveau national, Mitt Romney reste toujours en tête au nombre de délégués engrangés, avec 310 délégués, contre 136 pour Rick Santorum et 89 pour Newt Gingrich et 46 pour Ron Paul, selon le site spécialisé RealClearPolitics. Au total, depuis janvier, Mitt Romney a remporté 13 Etats, Rick Santorum 6 et Newt Gingrich deux.

Il faudra sans doute attendre jusqu'en avril avec notamment les primaires de l'Etat de New York (92 délégués) et du Texas (152 délégués), voire jusqu'en juin avec celles de Californie (169 délégués) pour que le nom du candidat du Grand Old Party soit connu. Pour obtenir l'investiture, un candidat doit rallier 1.144 délégués lors de la convention prévue fin août.

Des divisions qui ravissent les démocrates

A huit mois de l'élection présidentielle, Mitt Romney consolide son avance mais Rick Santorum confirme sa capacité à s'accrocher et à entretenir ses chances, notamment en éclipsant Newt Gingrich et Ron Paul qui chassent sur les mêmes terres conservatrices. Mais ce "Super Tuesday", avec des victoires pour les trois principaux candidats, souligne encore une fois les profondes divisions au sein de l'électorat républicain.

Ce qui n'est pas pour déplaire aux partisans de l’actuel président américain Barack Obama, qui voient les chances de leur champion augmenter à mesure que les indicateurs économiques s'améliorent.