Migrants : la maire de Calais reçue au Parlement britannique mardi

  • A
  • A
Migrants : la maire de Calais reçue au Parlement britannique mardi
@ DOMINIQUE FAGET / AFP
Partagez sur :

Natacha Bouchart va y évoquer la crise migratoire à laquelle sa ville est confrontée. 

Natacha Bouchart, sénatrice et maire de Calais, sera auditionnée mardi après-midi au Parlement britannique, rapporte La Voix du Nord. Calais est confrontée depuis le début de l'été à une aggravation de la crise migratoire. 3.000 à 3.500 migrants vivent actuellement dans la "jungle", campement clandestin où ils s'entassent en attendant de pouvoir passer au Royaume-Uni. C'est la deuxième fois que cette élue Les Républicains traverse La Manche pour se faire entendre sur la crise migratoire. Elle avait déjà été auditionnée en octobre 2014. 

Trois élus face aux parlementaires. Natacha Bouchart se rendra à Londres à 16 heures avec deux de ses adjoints, Philippe Mignonet et Emmanuel Agius. L'équipe municipale sera auditionnée par la "Home Affairs Select Committe" composée de parlementaires anglais de tous bords et qui gère la problématique migratoire. Selon Philippe Mignonet, les parlementaires devraient devraient demander à la maire de "présenter les évolutions de ces derniers mois". 

Des attentes à faire valoir. Emmanuel Agius prévient que sa ville a des attentes : "David Cameron (le Premier ministre conservateur, ndlr) vient d’annoncer être prêt à accueillir 5 000 réfugiés. Il faudrait commencer par soulager Calais". La maire elle-même sur son profil Facebook a donné la couleur en publiant lundi le post suivant : "j’espère que David Cameron compte les 3 500 migrants de Calais parmi les 5 000 qu’il entend accueillir".

Aides jugées insuffisantes. Fin août, l'annonce par la Commission européenne d'une aide de cinq millions d'euros pour Calais ainsi que l'annonce de la construction d'un campement humanitaire pour 1.500 migrants ont été jugées insuffisantes par Natacha Bouchart. La maire estime ses besoins à 25 millions d'euros. Londres, de son côté, a promis le 20 août dernier 10 millions d'euros pour régler la crise migratoire dans la ville portuaire.