Michelle, le joker de charme d’Obama

  • A
  • A
Michelle, le joker de charme d’Obama
Michelle Obama s'affiche en première ligne aux côtés de son président de mari pour tenter de gagner les élections de mi-mandat.@ DR
Partagez sur :

Toujours aussi populaire, la First lady monte au front pour les élections de mi-mandat.

Son capital sympathie n’a pas été écorné depuis l’élection de son mari, il y a deux ans. Le magazine Forbes l’a élue récemment "femme la plus influente du monde". En coulisses, le camp démocrate parle d’elle comme d’"une arme secrète". Depuis le début de la campagne des mid-terms qui s’annoncent difficiles pour le président américain, Michelle Obama est sur tous les fronts. D’ici mardi, jour de l’élection, la First lady aura participé à neuf meetings dans six Etats du pays.

Entretenir l’image du couple Obama

Premier objectif pour le camp démocrate : redorer l’image du président américain grâce à sa femme. Alors que la cote de popularité de Barack Obama est passée à 43%, celle de Michelle reste intacte, avec 65 % d'opinions favorables dans le pays. "La First Lady est aujourd’hui l’élément qui reste solide dans le couple Obama", analyse l’historien François Durpaire, interrogé par Europe1.fr. Or, l’image du couple, symbole du rêve américain, avait été déterminante, en 2008.

Les Obama le savent bien et jouent à fond sur ce registre. Un spot de campagne a ainsi été mis en ligne sur le site officiel du président. On y voit le couple, visages souriants et détendus, le bras de Barak posé sur l’épaule de Michelle, expliquer à tour de rôle l’importance de ces élections et appeler à la mobilisation, le 2 novembre.

"Il y a tant de choses sur la balance pour notre futur", assure Michelle Obama :

Deuxième "coup politique" du duo, qui a retenu l’attention des médias : un meeting électoral commun sur le campus de l'université de Columbus, dans l’Ohio, le 17 octobre dernier. Une réunion aux accents nostalgiques de campagne présidentielle puisque les Obama n’étaient pas apparus ensemble dans un discours politique depuis l’élection de 2008.

"Si vous êtes aussi pleins d'énergie et prêts à agir qu'il y a deux ans (...) je sais que nous pourrons apporter le changement", a scandé la First lady, appelant les électeurs à "faire revivre le rêve américain".



































La "maman en chef"

Pour les démocrates, Michelle Obama a une autre mission très précise à remplir : faire se déplacer dans les bureaux de vote, à la fois la communauté noire et les femmes. Un rôle déjà joué par la Première dame en 2008. "Encore une fois, par l’effet du 'gender gap' (le différentiel du vote des femmes par rapport à celui des hommes, NDLR), l’électorat féminin sera déterminant", explique François Durpaire.

Michelle Obama l’a bien compris et emploie volontairement un vocabulaire maternel devant les foules. Le 13 octobre, lors d’un meeting à Milwaukee dans le Wisconsin, elle s’est décrite comme "maman en chef", déclarant que ses enfants Malia et Sasha étaient sa "première priorité" et "le centre de son monde".

Evoquant la crise, la First Lady livre un discours ému :

“Les Obama doivent incarner à la fois le couple et la famille auxquels on peut s’identifier alors qu’on assiste au retour d’un certain ordre moral dans le pays", résume François Durpaire. Face aux ultra-conservatrices du Tea Party, Michelle Obama n’a pas dit son dernier mot.