Michael Jackson accro à un anti-douleur

  • A
  • A
Michael Jackson accro à un anti-douleur
Le sevrage d'un anti-douleur aurait pu être à l'origine des insomnies du chanteur@ REUTERS/Robert Galbraith
Partagez sur :

Le chanteur américain était dépendant à un anti-douleur lié à l'injection de Botox.

Nouveau rebondissement au procès du docteur Conrad Murray, jugé à Los Angeles pour la mort de Michael Jackson. Un expert a affirmé jeudi à la barre que le chanteur était probablement dépendant à un anti-douleur administré par son dermatologue lors d'injections de Botox. Ce traitement était également responsable de ses insomnies, a ajouté le docteur Robert Waldman, spécialiste du traitement de la dépendance.

"A mon avis, il était probablement dépendant aux opioïdes", a déclaré l'expert, affirmant se baser notamment sur des dossiers médicaux du "roi de la pop".

Les mois précédant sa mort, le 25 juin 2009, Michael Jackson s'était rendu à une trentaine de reprises chez son dermatologue, le docteur Arnold Klein.

Selon les dossiers médicaux de ce dernier, entre mars et juin 2009, le chanteur avait reçu des doses de plus en plus importantes de l'anti-douleur Demerol, pour soulager la douleur liée à l'injection de Botox et autres produits anti-rides. La star a reçu jusqu'à 775 mg de Demerol en trois visites consécutives, selon les documents présentés devant la Cour supérieure de Los Angeles.

Un sevrage rendant insomniaque

"Ce type de traitement indique que (Michael Jackson) était probablement dépendant" au Demerol, a déclaré le Dr Waldman. L'une des conséquences du sevrage de Demerol d'après l'expert était l'insomnie, un problème dont souffrait la star, justement décédée d'une "grave intoxication" au propofol, un puissant anesthésiant qu'il utilisait comme somnifère.

La défense du docteur Murray, qui a reconnu avoir administré du propofol à Michael Jackson le matin de sa mort, suggère que le "roi de la pop" était en manque de Demerol les jours précédant son décès, aggravant ses insomnies.

Selon les avocats du médecin, le chanteur, désespéré de ne pouvoir trouver le sommeil, se serait auto-administré une dose supplémentaire -- et mortelle -- de propofol le matin de sa mort, pendant que son médecin avait le dos tourné.

Poursuivi pour homicide involontaire, le docteur Murray risque en cas de condamnation jusqu'à quatre ans de prison.