Mexique : un journaliste pigiste de l'AFP tué par balle

  • A
  • A
Mexique : un journaliste pigiste de l'AFP tué par balle
(Photo d'illustration). @ PEDRO PARDO / AFP
Partagez sur :

Il s'agit du cinquième journaliste tué au Mexique cette année. 

Le journaliste mexicain Javier Valdez, pigiste de l'AFP dans l'Etat de Sinaloa et correspondant du quotidien La Jornada et de l'hebdomadaire Riodoce, a été assassiné lundi dans la ville de Culiacan, dans le nord-ouest. 

"Ça s'est passé devant les bureaux de Riodoce (...) Il a été attaqué à l'arme à feu", a précisé à l'AFP cette même source, ajoutant que "les experts légistes viennent d'arriver sur place". Il s'agit du cinquième journaliste tué au Mexique cette année.

Des ouvrages sur le narcotrafic. Javier Valdez, 50 ans, travaillait depuis de plus de dix ans pour l'AFP dans l'Etat de Sinaloa, fief du cartel de Joaquin "El Chapo" Guzman, actuellement incarcéré aux Etats-Unis. Il avait publié plusieurs ouvrages d'investigations sur le narcotrafic, dont un ultime livre l'an dernier intitulé "Narcoperiodismo, la prensa en medio del crimen y la denuncia" ("Narcojournalisme, la presse entre le crime et la dénonciation").

L'arrestation puis l'extradition de "El Chapo" ont déclenché une violente guerre de succession entre différentes factions du cartel dans son fief de Sinaloa et certains Etats voisins. Deux semaines après l'extradition de Guzman, ses fils avaient envoyé une lettre manuscrite à la presse dans laquelle ils se plaignaient d'avoir été victimes d'une embuscade tendue par un lieutenant de "El Chapo", Damaso Lopez, arrêté depuis, début mai, à Mexico.

Une année 2016 sombre pour les journalistes. Le mois de mars a été particulièrement sombre avec trois journalistes abattus et un autre blessé grièvement. Face au manque de sécurité, le quotidien Diario Norte, basé à Ciudad Juarez, a cessé de paraître.

L'année 2016 avait été marquée par un nombre record de 11 journalistes exécutés, alors que le Mexique figure au troisième rang des pays les plus dangereux pour les journalistes après la Syrie et l'Afghanistan, selon Reporters sans frontières (RSF).