Merkel : "Cher Monsieur Hollande..."

  • A
  • A
Merkel : "Cher Monsieur Hollande..."
@ REUTERS
Partagez sur :

La chancelière lui a écrit une lettre célébrant l’amitié franco-allemande mais pas seulement.

Angela Merkel n’a jamais caché sa proximité avec Nicolas Sarkozy mais c’est finalement à François Hollande qu’elle a adressé mardi sa lettre de félicitations après son élection. Chaleureux, son message n’est cependant pas qu’une simple politesse : la chancelière allemande émaille sa missive d’invitations à réformer pour préserver l’Union européenne.

"Mes sincères félicitations"

"Cher Monsieur Hollande", écrit Angela Merkel, "je vous adresse mes sincères félicitations pour votre élection à la présidence de la République française. Vous prenez des fonctions pleines de responsabilités dans une période pleine de défis".

Et la chancelière de célébrer l’amitié franco-allemande en se déclarant "certaine que notre coopération va renforcer et approfondir l'amitié traditionnellement bonne et profonde entre nos peuples, dans la perspective du 50e anniversaire du Traité de l'Elysée". Ce texte, signé en janvier 1963 par le chancelier Adenauer et le président de Gaulle, avait scellé la réconciliation de la France et de l'Allemagne après la guerre.

"Prendre les décisions nécessaires pour l'UE"

"Je me réjouis de continuer avec vous le chemin de notre responsabilité commune pour l'Europe et de travailler pour le bien de nos pays et de l'Europe", poursuit Angela Merkel avant d’évoquer un dossier plus sensible : la crise de la dette au sein de la zone euro.

"Il nous appartient de prendre les décisions nécessaires pour l'Union européenne et la zone euro, afin de préparer nos sociétés à l'avenir et assurer ou renforcer leur prospérité", rappelle la dirigeante allemande. Pour Angela Merkel, c’est par les réformes structurelles et non par de nouvelles dépenses que l’Europe réussira sa transition.

Le message de l’Allemagne est donc à peine voilé : elle s’oppose au projet de François Hollande de rediscuter le pacte budgétaire européen. Le nouveau président français veut y ajouter un volet "croissance", la chancelière lui répond que la relance passera par des réformes structurelles.

Rendez-vous le 16 puis le 23 mai

La ligne franco-allemande préfigure très souvent un accord de toute l’Union européenne, les deux dirigeants ont donc intérêt à se mettre d'accord pour éviter un blocage européen. Le couple franco-allemand aura l’occasion de mettre à plat ses différend puisque François Hollande doit se rendre à Berlin le 16 mai au lendemain de sa prise de fonctions à l'Elysée. Puis les deux dirigeants se retrouveront le 23 mai à Bruxelles pour préparer le futur sommet européen.