Merkel appelle Ankara à "garder la tête froide"

  • A
  • A
Merkel appelle Ankara à "garder la tête froide"
Le porte-parole d'Angela Merkel appelle Ankara à ne pas perdre de vue "la signification de notre partenariat"@ John MACDOUGALL / AFP
Partagez sur :

La crise diplomatique entre Berlin et Ankara se poursuit. Le porte-parole de la chancelière allemande a qualifié les propos du président turc sur les "pratiques nazies" de Berlin "d'absurdes". 

Après les propos de Recep Tayyip Erdogan sur les "pratiques nazies" de Berlin, Angela Merkel a appelé Ankara "à garder la tête froide". "A l'adresse de notre partenaire turc, soyons critiques là où c'est nécessaire mais ne perdons pas de vue la signification de notre partenariat, de notre relation étroite. Et gardons la tête froide", a indiqué devant la presse le porte-parole de la chancelière, Steffen Seibert.

Une comparaison "absurde". "Nous rejetons l'assimilation de la politique de l'Allemagne démocratique à celle du national-socialisme. D'une manière générale les comparaisons au nazisme sont toujours absurdes et déplacées car elles reviennent à minimiser les crimes contre l'humanité du national-socialisme", a-t-il encore dit.

Dimanche, le président turc Recep Tayyip Erdogan a accusé l'Allemagne d'user de "pratiques nazies" après l'interdiction en fin de semaine dernière par des autorités municipales allemandes de meetings électoraux en faveur du oui au référendum du 16 avril sur l'extension des pouvoirs présidentiels turcs.

Des problèmes logistiques. Ces municipalités ont mis en avant des problèmes logistiques pour expliquer leur décision, arguant dans au moins un cas ne pas avoir été informées de la venue d'un ministre turc et du caractère politique de la manifestation. Steffen Seibert a à ce titre souligné que les "apparitions (lors de meetings électoraux en Allemagne) de ministres turcs étaient possibles dans la mesure où cela se fait dans le cadre du droit" et en toute transparence.

Le gouvernement allemand a souligné la semaine dernière que l'autorisation de tels rassemblements n'était pas du ressort du pouvoir fédéral mais des mairies concernées.