Mer de Chine : Pékin affirme "déployer des armes depuis longtemps"

  • A
  • A
Mer de Chine : Pékin affirme "déployer des armes depuis longtemps"
@ STR / AFP
Partagez sur :

Accusé par les Etats-Unis d'amplifier la militarisation en mer de Chine, Pékin a affirmé, jeudi, y "déployer des armes depuis longtemps".

Pékin a assuré "déployer des armes" depuis "plusieurs années" sur une île disputée de la mer de Chine méridionale, selon un média officiel jeudi, minimisant les accusations américaines d'"amplification de la militarisation" dans la région.

Des lanceurs de missiles. Un responsable américain a confirmé que la Chine avait déployé des missiles sol-air sur cette île. La chaîne américaine Fox News assurait en début de semaine que des images satellites y montraient la présence de deux batteries de huit lanceurs de missiles et d'un système radar. Le ministère taïwanais de la Défense avait affirmé mercredi que la Chine avait déployé des missiles sol-air sur Woody (appelée "Yongxing", en chinois), principale île de l'archipel des Paracels, contrôlé par Pékin mais également revendiqué par Taïwan et le Vietnam.

La "rengaine" de la menace chinoise ? "Le déploiement de défense aérienne sur cette île existe déjà depuis de nombreuses années", a assuré le bureau d'information du ministère chinois de la Défense, selon un article publié sur le site internet du journal Global Times. "Certains médias occidentaux jouent toujours la même vieille rengaine, exagérée, de la 'menace chinoise'", a souligné le ministère, d'après le quotidien. Le secrétaire d'Etat américain John Kerry avait dénoncé mercredi l'"amplification de la militarisation" par Pékin en mer de Chine méridionale, un théâtre de tensions récurrentes entre pays asiatiques, ce qui "inquiète" Washington.

Pékin s'estime dans son droit. "L'archipel des Xisha (Paracels) est un territoire historique de la Chine", a encore assuré le ministère chinois de la Défense. Pékin "dispose, au sein de ce territoire, du droit légitime et légal de déployer des équipements de défense", a-t-il affirmé. Le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi n'avait pas explicitement démenti mercredi le déploiement des missiles, mais a appelé la presse à "porter (son) attention davantage sur les phares que nous avons construit sur certaines îles et récifs en mer de Chine méridionale". "Les installations d'autodéfense que la Chine a construites sur les îles sont cohérentes avec le droit qu'a la Chine d'assurer sa protection et sa défense, dans le cadre du droit international", avait déclaré le ministre.

Omniprésence pékinoise. Pékin revendique des droits de souveraineté sur la quasi-totalité de la mer de Chine méridionale et y mène d'énormes opérations de remblaiement d'îlots, transformant des récifs coralliens en ports, pistes d'atterrissage et infrastructures diverses. Le Vietnam, les Philippines, Brunei, la Malaisie et Taïwan ont des revendications - qui se chevauchent parfois - sur une partie de la zone, au cœur de vifs différends territoriaux avec la Chine. Ces pays s'inquiètent des démonstrations de force du géant asiatique.