Marche républicaine : comment protéger les personnalités ?

  • A
  • A
Marche républicaine : comment protéger les personnalités ?
@ AFP
Partagez sur :

DISPOSITIF - Les dirigeants d'une cinquantaine de pays seront en nombre à la "marche républicaine " à Paris dimanche. 

Paris va se muer dimanche en capitale du monde contre le terrorisme en accueillant une immense et très internationale manifestation d'hommage aux 17 personnes tuées cette semaine dans les attentats de Charlie Hebdo, de Montrouge et du magasin casher. D'Angela Merkel à David Cameron en passant par Benjamin Netanyahou, Mahmoud Abbas ou encore le roi de Jordanie, les dirigeants d'une cinquantaine de pays participeront à la "marche républicaine" dimanche à Paris. Une marche historique. Et les services de sécurité sont déjà sur les dents. 5.500 policiers et gendarmes sont mobilisés dont 150 rien que protéger les personnalités. Des "VIP" qui seront reçues à l'Elysée à la mi-journée et qui resteront dans le cortège sur quelques centaines de mètres. Mais comment assurer leur protection ? 

>> LIRE AUSSI -Cinq choses à savoir sur les marches de dimanche 

Un périmètre bien quadrillé. Les chefs d'Etat ne marcheront pas au milieu de la foule. Ce serait trop dangereux. Une mission impossible, assure René-Georges Querry, ancien chef de l'unité de coordination de la lutte antiterroriste. Les dirigeants internationaux seront groupés autour de François Hollande, dans un cortège à part, dans un périmètre sécurisé. "On ne peut pas lâcher des personnalités dans une foule, même pacifique. Il y a risque terroriste et d'ordre public lié au mouvement de foule", explique René-Georges Querry.

Des policiers, des tireurs d'élite sur les toits. "La zone dans laquelle vont évoluer des chefs d'Etat va être complètement aseptisée", poursuit l'ancien chef de l'unité de coordination de la lutte antiterroriste. Ce dernier détaille le dispositif : "Des policiers, des tireurs d'élite sur les toits, et une protection rapprochée avec les gardes du corps à proximité de la personnalité faisant rempart de leur corps en cas d'agression. On les fait descendre, on leur fait parcourir une partie de la manifestation pour prendre les photos et puis ensuite on exfiltre toutes ces personnalités de la manifestation et la vraie manifestation commence". 

C'est sur une portion de route extrêmement sûre, sur quelques centaines de mètres seulement que se déroulera la manifestation des personnalités politiques, positionnés sur les toits et derrière les fenêtres des appartements. 

Des dirigeants internationaux en nombre. La chancelière allemande Angela Merkel, le Premier ministre britannique David Cameron, le président du conseil italien Matteo Renzi, le président du gouvernement espagnol Mariano Rajoy, le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, le président du Parlement européen, Martin Schulz et le président du Conseil européen Donald Tusk entoureront le président François Hollande. Seront aussi présents les chefs de gouvernement danois Helle Thorning-Schmidt, belge Charles Michel et néerlandais Mark Rutt.

Hors UE, seront présents notamment le président ukrainien Petro Porochenko et le Premier ministre turc Ahmet Davutoglu. L'Afrique sera représentée par les présidents malien Ibrahim Boubacar Keïta et nigérien Mahamadou Issoufou, l'Amérique du Nord par le ministre américain de la Justice Eric Holder et le ministre canadien de la Sécurité publique Steven Blaney. Seront également à Paris le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenber et les dirigeants d'autres institutions internationales (Organisation internationale de la Francophonie, Bureau international du Travail, Ligue arabe). A noter enfin la présence du président palestinien Mahmoud Abbas et du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou. 

Cette marche, ainsi que d'autres organisées dans plusieurs villes de France, réuniront par ailleurs la quasi-totalité des responsables politiques français, syndicaux et religieux, ainsi que de nombreuses personnalités du monde artistique et intellectuel.

>> LIRE AUSSI - Un président dans la rue, c'est déjà arrivé ?