Mali : le "coup de chapeau" d'Alain Juppé
Mali : le "coup de chapeau" d'Alain Juppé

L'ancien ministre des Affaires étrangères a salué le succès de l'intervention française au Mali.

Un succès incontestable. L'opération Serval, qui a permis en trois semaines de libérer Tombouctou, Gao ou encore Kidal, a été saluée dimanche matin par Alain Juppé. Invité du Grand rendez-vous Europe 1/i>Télé/Le Parisien-Aujourd'hui en France, l'ancien ministres des affaires étrangères est également revenu sur l'intervention française et le déplacement de François Hollande, samedi, au Mali. Morceaux choisis.

"Une armée efficace et courageuse". Avant tout débat politique, Alain Juppé a tenu à tirer "un grand coup de chapeau à nos forces armées". Il a salué "leur courage", "leurs compétences". "Très peu de pays peuvent mener des opérations de ce type dans d'aussi brefs délais", a ajouté le Maire de Bordeaux. "C'est la preuve que nous avons une armée efficace".


"Le président a eu raison". Dimanche matin, Alain Juppé a assuré que "le président a eu raison de décider cette intervention". Pourtant, relève Olivier Duhamel, éditorialiste pour Le Lab, l'ancien Premier ministre n'a pas toujours tenu ce discours. Le 16 janvier, il estimait que l'intervention "n'était peut-être pas la meilleure chose à envisager", et, le 28 janvier, il déplorait la solitude de la France au Mali, estimant que "la France s'honorerait à mobiliser davantage ses partenaires".

>> A lire : Juppé ravale ses doutes

"L'Europe a été nulle". Ce dernier point de vue, Alain Juppé l'a martelé dimanche matin. "L'Europe a été tout à fait nulle" sur le dossier malien. Il estime que l'Europe "aurait pu se bouger un peu plus" pour aider la France. "Nous sommes allés trop loin avec l'Europe pour ne pas aller plus loin", a-t-il ajouté, souhaitant une meilleure synergie militaire et politique.

Le parallèle avec Benghazi. L'accueil "triomphal" - selon ses mots - réservé à François Hollande à Sévaré, Tombouctou et Bamako, a rendu Alain Juppé nostalgique. "L'ambiance (...) m'a rappelé ce qu'on a vécu à Benghazi avec Nicolas Sarkozy. Quand on voit des hommes et des femmes qui ont failli périr crier 'vive la France', c'est un grand moment d'émotion", a-t-il souligné, disant "comprendre" François Hollande, qui a qualifié ce déplacement de "jour le plus important de sa vie politique".

"Il ne faut pas encore triompher". Gare à l'euphorie, prévient Alain Juppé. "Il ne faut pas encore triompher, ça peut être très compliqué", analyse-t-il. Plusieurs questions restent en suspens pour l'heure, notamment celle de "savoir comment nous allons achever cette mission". "Il faut se battre contre le terrorisme, la propagande, le trafic. Mais les terroristes ne sont pas anéantis. Ils ont fui et peuvent très bien se réorganiser", juge-t-il. Dimanche matin, l'armée française lui a apporté les premières réponses en direct : l'état-major de l'armée a annoncé que "d'importantes frappes aériennes" avait été effectuées au nord de Kidal.