Mali : au moins un mort dans une manifestation à Kidal contre les forces étrangères

  • A
  • A
Mali : au moins un mort dans une manifestation à Kidal contre les forces étrangères
Les manifestants demandaient la libération de trois Touareg arrêtés par les Français de l'opération Barkhane.@ PASCAL GUYOT / AFP
Partagez sur :

Un civil au moins a été tué, lundi au Mali, au cours d'une manifestation contre les forces étrangères, et notamment contre la force française Barkhane.

Un civil au moins a été tué lundi dans une manifestation contre les forces militaires françaises et onusiennes à Kidal, dans le nord-est du Mali, a-t-on appris auprès d'un habitant et d'une source au sein de la Mission de l'ONU (Minusma).

"Les forces de la Minusma ont tiré sur la foule". "Au moins un civil a été tué lundi au cours d'une manifestation contre les forces étrangères. Les populations ont manifesté contre les tracasseries de la Minusma et de la force (française) Barkhane", qui traque les djihadistes à travers le Sahel, a déclaré une source de sécurité africaine au sein de la Minusma. Confirmant l'information, un habitant de Kidal a précisé que "ce sont les forces de la Minusma qui ont tiré sur la foule".

Saccages. La Minusma a confirmé la manifestation dans un communiqué, précisant que les informations sur d'éventuelles victimes étaient "en cours de vérification". "Des manifestants se sont introduits par effraction vers 10H00 (heure locale) sur la piste de l'aéroport, zone d'accès restreint, saccageant et mettant le feu aux installations sécuritaires", selon le texte, soulignant l'importance de cette piste "pour l'approvisionnement de l'aide humanitaire, le soutien aux populations locales, ainsi que pour les opérations de la Minusma et des forces partenaires".

Les manifestants pour la libération de trois Touareg. Selon un militaire guinéen de la Minusma, "les manifestants demandaient la libération de trois Touareg arrêtés par les Français de l'opération Barkhane, accusés d'être complices des terroristes qui ont récemment posé des mines qui ont tué trois militaires français". "Il y a aussi cinq blessés civils dont certains dans un état grave", a ajouté cette source sous le couvert de l'anonymat.