Malala reçoit son Nobel et s'engage à lutter pour l'éducation

  • A
  • A
Malala reçoit son Nobel et s'engage à lutter pour l'éducation
@ REUTERS
Partagez sur :

La jeune Pakistanaise a reçu son prix à Oslo mercredi, en même temps que l'Indien Kailash Satyarthi. 

"Je continuerai ce combat jusqu'à ce que je voie tous les enfants à l'école". C'est avec ces mots que Malala Yousafzai a reçu mercredi à Oslo le prix Nobel de la paix, en même temps que l'Indien Kailash Satyarthi. La jeune Pakistanaise de 17 ans, devenue une icône mondiale du combat pour l'éducation des filles, est ainsi devenue la plus jeune lauréate de l'histoire du Nobel.

Acclamée dans sa ville d'origine. Son engagement a bien failli lui coûter la vie : le 9 octobre 2012, des talibans qui avaient intercepté son car scolaire lui ont tiré une balle dans la tête. Aujourd'hui encore, la jeune fille demeure sous la menace des islamistes. Elle vit actuellement en Grande-Bretagne, d'où elle poursuit son combat.

Juste avant de recevoir la prestigieuse récompense, Malala a été acclamée par des milliers d'enfants rassemblés devant le centre Nobel. Dans sa ville d'origine aussi, à Mingora, dans la vallée de Swat, quelque 500 personnes se sont regroupées dans le hall d'une école privée pour célébrer leur héroïne.

Une cérémonie brièvement perturbée. Moins connu que Malala, Kailash Satyarthi, 60 ans, a passé 35 ans de sa vie à combattre le travail des enfants. Ingénieur de formation, lui aussi violenté à plusieurs reprises pour son engagement, Satyarthi a lui aussi plaidé pour l'éducation des enfants dans le monde. "Je refuse d'accepter que le monde soit trop pauvre [pour scolariser les enfants] quand une seule semaine de dépenses militaires mondiales suffirait à mettre tous nos enfants dans des classes", a-t-il notamment lancé.

>> LIRE AUSSI - Nobel de la paix : au fait, qui est Kailash Satyarthi ?

Seule ombre au tableau de cette cérémonie bien huilée, un homme s'est planté devant Malala et a brièvement déployé un drapeau mexicain, avant d'être évacué par des agents de sécurité. Ses motivations et son identité ne sont pas connues.

>> LIRE AUSSI - Malala, personnalité de l'année Europe 1