Mails de Donald Trump Jr : des "inventions", selon l'intermédiaire russe présumé

  • A
  • A
Mails de Donald Trump Jr : des "inventions", selon l'intermédiaire russe présumé
Le fils de Donald Trump a joué la carte de la transparence.@ Eduardo Munoz Alvarez / AFP
Partagez sur :

Le fils de Donald Trump a publié des mails ayant mené à l'organisation d'une réunion devant conduire à un échange d'informations sur Hillary Clinton avec des proches du pouvoir russe.

Le milliardaire russe Aras Agalarov a qualifié mercredi d'"inventions" le contenu des mails dévoilés par Donald Trump Jr où un manager britannique affirmait en 2016 qu'il pouvait aider l'équipe Trump à discréditer Hillary Clinton avec des dossiers russes compromettants. "Ce sont des inventions ! Je ne sais pas qui les a inventé et ce que Hillary a à voir avec ça", a déclaré Aras Agalarov dans une interview à la radio russe Business FM, évoquant les informations qu'il aurait été prêt à révéler à Donald Trump Jr, selon les mails dévoilés mardi par le fils du Président américain.

Démenti formel. Aras Agalarov est un des protagonistes russes du dernier scandale visant Donald Trump, son équipe de campagne et les éventuels liens ou collusions avec la Russie. Donald Trump Jr dit avoir reçu en juin 2016 des mails de Rob Goldstone, ami britannique de la famille, ancien journaliste de tabloïd et manager, lui indiquant que le père d'un chanteur de pop russe dont il s'occupe pouvait fournir des dossiers compromettants sur Hillary Clinton. Le mail désigne le chanteur russe Emin Agalarov, dont Rob Goldstone est le manager, et Aras Agalarov, père du chanteur et présenté comme un proche du procureur général de Russie, un poste clé et sensible.

Interrogé, Aras Agalarov a démenti être familier du Britannique. "Je ne le connais pas vraiment. Il a travaillé avec Emin à une période comme manager, il faisait de la promotion aux États-Unis ou quelque chose comme ça", a déclaré le milliardaire russe. Le fils aîné de Donald Trump a admis mardi avoir rencontré l'an dernier une avocate russe, Natalia Vesselnitskaïa, qui lui avait été présentée par Rob Goldstone comme une émissaire du gouvernement russe en possession d'informations potentiellement compromettantes sur Hillary Clinton.