L'UE prolonge d'un an ses sanctions liées à l'annexion de la Crimée par la Russie

  • A
  • A
L'UE prolonge d'un an ses sanctions liées à l'annexion de la Crimée par la Russie
Partagez sur :

L'UE a récemment rappelé qu'elle ne reconnaissait pas "l'annexion illégale de la Crimée et de Sébastopol par la Fédération de Russie".

L'UE a officiellement prolongé d'un an vendredi ses sanctions décidées après l'annexion de la Crimée par la Russie en 2014, qui interdisent notamment les investissements et importations vers l'Union de produits de la péninsule.

Une décision attendue. La décision de cette prolongation jusqu'au 23 juin 2017, qui était attendue, a été prise lors d'un Conseil de l'UE, réunissant des représentants des Etats membres, a indiqué le Conseil dans un communiqué. "Les mesures s'appliquent aux ressortissants de l'UE et aux entreprises établies dans l'UE. Elles sont limitées au territoire de la Crimée et de Sébastopol", a indiqué le Conseil. Ces sanctions concernent notamment "l'importation de produits originaires de Crimée ou de Sébastopol dans l'UE" et "les investissements en Crimée ou à Sébastopol". 

Poutine, pas "rancunier". La Russie est "prête à faire un pas" vers les Européens, a annoncé vendredi le président russe Vladimir Poutine, affirmant ne pas être "rancunier" alors que l'Union Européenne vient de prolonger officiellement ses sanctions décidées après l'annexion de la Crimée par Moscou. "Nous ne sommes pas rancuniers et nous sommes prêts à faire un pas vers nos partenaires européens", a-t-il déclaré au Forum économique international de Saint-Pétersbourg. "Mais cela ne peut être, bien entendu, à sens unique", a-t-il ajouté.