L'ONU se décide à enquêter sur l'usage d'armes chimiques en Syrie

  • A
  • A
L'ONU se décide à enquêter sur l'usage d'armes chimiques en Syrie
@ MOHAMED ABDULLAH/AFP
Partagez sur :

Le Conseil de sécurité de l'ONU a décidé vendredi à l'unanimité de former un groupe d'experts pour identifier les responsables de récentes attaques chimiques au chlore en Syrie.

L'annonce a comme un air de déjà vu. Le Conseil de sécurité de l'ONU a décidé vendredi à l'unanimité de former un groupe d'experts pour identifier les responsables de récentes attaques chimiques au chloreen Syrie. Une démarche similaire avait été engagée il y a tout juste deux ans, avant d'être bloquée par la Russie et la Chine. Cette fois-ci Moscou, alliée de Damas, a voté en faveur du texte.

Une année pour enquêter. La résolution crée un "mécanisme conjoint d'enquête" composé d'experts des Nations unies et de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC). Cette mission devra être formée dans un délai de 20 jours. Elle durera un an, avec la possibilité pour le Conseil de la prolonger par une nouvelle résolution et rendra un premier rapport dans les 90 jours après le début de son enquête. Les experts sont chargés "d'identifier dans toute la mesure du possible les individus, entités, groupes et gouvernements" qui ont organisé, parrainé ou commis ces attaques.

Le gouvernement syrien sera tenu de "coopérer pleinement" avec eux en leur fournissant "toute information pertinente" et en leur permettant d'accéder aux sites des attaques, de recueillir des échantillons et d'interroger des témoins.

Un accord après des mois de négociations. Les ambassadeurs américain et russe se sont félicités de cette démonstration d'unité inhabituelle du Conseil, paralysé par ses divisions depuis le début de la guerre en Syrie. L'Américaine Samantha Power a souhaité que "cette unité se manifeste aussi pour trouver d'urgence une solution politique" au conflit, qui a fait 240.000 morts depuis quatre ans et provoqué une catastrophe humanitaire.

Avant d'entrer en séance, son homologue russe Vitali Tchourkine a salué devant des journalistes "un bon exemple de la volonté de coopérer et de la persévérance pour obtenir un bon résultat". Mais il a estimé devant le Conseil que cette décision devait "surtout avoir un effet préventif, pour mettre fin à l'utilisation dans l'avenir" d'armes chimiques en Syrie.