Liège : le tueur "voulait faire mal"

  • A
  • A
Liège : le tueur "voulait faire mal"
La fusillade s'est produite en plein centre-ville de Liège.@ MAXPPP
Partagez sur :

TEMOIGNAGES - Des passants racontent l’attaque meurtrière qui a fait quatre morts en Belgique.

Tout est allé très vite. C’est ce qui ressort des témoignages sur l’attaque qui s’est produite mardi midi à Liège, en Belgique. Un homme de 33 ans a lancé des engins explosifs et tiré sur la foule place Saint-Lambert, en plein centre-ville. Cet individu, "habillé en treillis militaire", "était seul et semblait très maître de ses actes", selon un journaliste présent sur place. "Il voulait toucher le plus de gens possible", ajoute-t-il, affirmant avoir "entendu quatre explosions et des tirs pendant environ dix secondes".

Un magistrat liégeois témoigne sur le site de l’hebdomadaire Le Vif. Il sortait du tribunal pour aller déjeuner lorsqu’il a aperçu le tireur. "Il avait un sac avec une arme qui dépassait. Le gars m’a regardé. Je l’ai regardé. J’ai fait quelques mètres pour sortir de son champ de vision et prendre mon GSM. Le temps de le sortir, ça commençait à exploser", raconte-t-il. Le magistrat s’est ensuite mis à l’abri et l’a vu "lancer ses grenades". "Il y en a eu quatre, plus des tirs d’armes automatiques".

Salvator, garde de sécurité, a expliqué à Europe 1 avoir "aperçu une personne avec une arme automatique tirer plusieurs rafale". Il a alors eu le réflexe de rassembler les gens qui étaient autour de lui. "Je les ai rentrés dans le magasin, j'ai fermé le volet métallique pour les mettre en sécurité et puis j'ai appelé la police". D'après lui, l'auteur des faits était "décidé". "Il était immobile, il tirait, ça a été très vite [...]. Il voulait faire mal, il a tapé et il a tapé fort".

"Une atmosphère de K.-O."

C. Marie, qui dit être secrétaire, a témoigné sur le site du Nouvel Observateur. Elle a assisté à la scène depuis son lieu de travail, situé place Saint-Lambert. Elle raconte avoir entendu "un bruit sourd, terrifiant". "Tout ça a été très rapide", témoigne-t-elle, relatant la "panique" qui règne alors dans le bureau. Avec ses collègues, elle tente de sortir, craignant que le bâtiment ne soit visé et s’effondre. Une fois en bas un policier leur dit de rentrer aussitôt à l’intérieur.

"De la fenêtre de mon bureau, je peux voir un corps inanimé. Il semble avoir reçu une balle dans la tête. Il y a un sac de sport et des munitions près de lui", relatait-elle quelques instants après les faits. "La place Saint-Lambert a été bouclée. Il y règne une atmosphère de K.-O.".

Nombreux sont ceux qui n’ont pas vu le tireur mais décrivent "la panique" et le "chaos", comme Patricia, boulangère, qui dit avoir vu des gens courir "dans tous les sens". "On a fermé la porte, on a éteint les lumières, on s’est mis à l’abri avec les clients comme on pouvait derrière le comptoir",  raconte la commerçante.