Liban : les Syriens se déplacent en masse pour réélire Bachar Al-Assad

  • A
  • A
Liban : les Syriens se déplacent en masse pour réélire Bachar Al-Assad
Des Syriens amassés pour aller voter pour Al-Assad@ Reuters
Partagez sur :

"VOTE" - Une foule impressionnante s'est rendue dans les ambassades syriennes du Liban pour voter pour la présidentielle syrienne.

Ils ont fui leur pays mais veulent voter pour leur président. En voiture ou en autobus, à mobylette ou à pied, des milliers de Syriens, bourgeois, ouvriers ou réfugiés, ont pris d'assaut mercredi leurs ambassades au Liban et en Jordanie pour ré-élire le président Bachar al-Assad. Sur Twitter, de nombreuses photos circulent montrant des foules amassées sur les routes.

Plus d'un million de réfugiés syriens ont trouvé refuge au Liban depuis le début de la guerre civile en 2011, ce qui représente 25% de la population locale.

A l'est de Beyrouth, les rues conduisant à la chancellerie étaient envahies d'une foule immense, arborant des portraits de Bachar Al-Assad et des drapeaux de la Syrie et du Hezbollah, le mouvement chiite libanais qui combat la rébellion aux côtés de l'armée syrienne. "Ces élections sont une réponse à tous ceux qui ont parié sur la chute de la Syrie. Cela démontre que le peuple syrien est attaché à sa terre, à sa patrie et à sa souveraineté", a déclaré l'ambassadeur de Syrie au Liban, Ali Abdelkarim Ali.

Liban Syrie vote

© Reuters

Pour la première fois de l'histoire syrienne, le scrutin propose aux citoyens de choisir entre trois candidats. L'archi-favori est bien sûr Bachar Al-Assad. Les Syriens restés dans leur pays voteront, eux, le 3 juin.

Vote Liban Syrie

© Reuters

         

La population locale agacée. Les Libanais n'ont pas tous apprécié cette ruée vers les bureaux de vote. "Cela me prend un quart d'heure pour arriver à mon travail, aujourd'hui il m'a fallu deux heures et demi. Nous ne voulons pas un tel chaos dans notre rue", assure Serene, 40 ans, une commerçante. Sur Twitter, des Libanais laissent éclater leur animosité contre le million de réfugiés syriens qui se trouvent sur leur sol. "S'ils veulent exercer leur droit constitutionnel, qu'ils le fassent chez eux sous l'autorité de celui qu'ils veulent élire", s'insurge un internaute.

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460_scalewidth_460 (1)

ARMES CHIMIQUES - Les bombes au chlore, une arme difficile à éliminer

CHRONIQUE - La Syrie oubliée

C'EST DIT - La France "regrette" qu'Obama n'ait pas frappé la Syrie en 2013

ARMES CHIMIQUES - En Syrie, des preuves d'une attaque au chlore

MODE D'EMPLOI - Le parcours de la destruction de l'arsenal chimique

CARTE D'IDENTITE - L'OIAC, c'est quoi ?