Les Pays-Bas vont participer aux frappes aériennes en Syrie

  • A
  • A
Les Pays-Bas vont participer aux frappes aériennes en Syrie
@ ECPAD / AFP
Partagez sur :

Le ministre de la Défense néerlandais a donné son accord pour mener des frappes aériennes contre Daech en Syrie.

Les Pays-Bas vont participer aux frappes aériennes menées en Syrie contre le groupe Etat islamique (EI), a annoncé vendredi le gouvernement néerlandais, répondant positivement à une demande en ce sens de Washington et de Paris.

Quatre avions. "Afin de rendre la lutte contre l'EI en Irak plus efficace, il a été décidé de mener des frappes aériennes ciblées contre l'EI dans l'est de la Syrie", a indiqué le ministère de la Défense dans un communiqué. Les Pays-Bas participent depuis octobre 2014 aux opérations de la coalition en Irak avec quatre chasseurs F-16 spécialisés dans le soutien aux opérations terrestres de l'armée irakienne. Ces quatre avions vont donc "élargir" leur travail, selon le Premier ministre libéral Mark Rutte. "Nous allons travailler de manière plus efficace", a-t-il affirmé lors de sa conférence de presse hebdomadaire.

Une demande des Etats-Unis et de la France. "Les récentes attaques terroristes à Paris, Istanbul et Jakarta rendent clair que l'EI est un danger pour notre sécurité et notre manière de vivre. (...) Nous avons donc décidé de répondre à cette demande", a-t-il ajouté. A l'époque, les Pays-Bas avaient prévenu qu'ils n'élargiraient pas leur action à la Syrie sans un mandat de l'ONU. Mais les Etats-Unis et la France leur avaient demandé en décembre de se joindre aux frappes contre l'Etat islamique en Syrie. Si le parti du Premier ministre libéral Mark Rutte était favorable à cette demande, il restait à convaincre son partenaire au sein de la coalition gouvernementale, le parti travailliste (PvdA). Le PvdA a finalement accepté mardi cette extension des frappes à la Syrie, estimant que les pourparlers de paix de l'ONU, qui s'amorcent à Genève, ouvraient la voie à un mandat.