Les Pays-Bas interdisent l'atterrissage du vol du ministre turc des Affaires étrangères

  • A
  • A
Les Pays-Bas interdisent l'atterrissage du vol du ministre turc des Affaires étrangères
@ EITAN ABRAMOVICH / AFP
Partagez sur :

Mevlut Cavusoglu souhaitait participer à un rassemblement qui devait se tenir à Rotterdam en faveur de Recep Tayyip Erdogan.

Un ministre des Affaires étrangères refoulé à la frontière. Le gouvernement néerlandais a décidé d'interdire l'atterrissage du vol du ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu, qui avait prévu de se rendre samedi aux Pays-Bas en vue d'un meeting sur le renforcement des pouvoirs présidentiels turcs. "Les autorités turques ont menacé publiquement de sanctions. Cela rend impossible la recherche d'une solution raisonnable", a déclaré le gouvernement dans un communiqué. "C'est pourquoi les Pays-Bas ont fait savoir qu'ils retiraient les droits d'atterrissage" de l'appareil du ministre turc.

Des précédents en Allemagne et en Suisse. Le maire de Rotterdam, Ahmed Aboutaleb, avait annoncé mercredi que ce rassemblement était annulé, indiquant que le gérant de la salle où devait avoir lieu l'événement n'était plus disponible. Et jeudi, le ministre néerlandais des Affaires étrangères, Bert Koenders, avait fait savoir l'opposition de son gouvernement à la venue de son homologue turc. "Les Pays-Bas assument la responsabilité de l'ordre public et la sécurité des citoyens néerlandais, personne d'autre. Les Pays-Bas ne veulent pas par conséquent que cette (visite) ait lieu", avait souligné le chef de la diplomatie néerlandaise.

"Si les tensions augmentent à cause de ma visite, laissez-les augmenter", a rétorqué Mevlut Cavusoglu samedi. "Quel mal ma visite peut-elle causer?", a-t-il demandé. Ce référendum a déjà suscité des tensions entre Berlin et Ankara, après l'annulation par plusieurs villes allemandes de rassemblements visant à promouvoir une réforme renforçant les pouvoirs du président turc. La Suisse et l'Autriche ont à leur tour interdit vendredi la tenue sur leur sol de meetings électoraux en présence de membre du parti AKP au pouvoir en Turquie.