Les mineurs chiliens mir@culés

  • A
  • A
Les mineurs chiliens mir@culés
Le sauvetage des mineurs chiliens a captivé le monde entier@ CAPTURE D'ECRAN TWITTER ET REUTERS
Partagez sur :

Le web a scruté, tout au long de la journée, le sauvetage des 33 mineurs chiliens.

Plus de 2.000 journalistes ont assisté, au Chili, au sauvetage des 33 mineurs bloqués depuis plus de deux mois. Télés et radios se sont ainsi appliquées à faire vivre leurs remontées une à une. Un live dans lequel le web a aussi excellé. Sous-titres en plus.

Le sauvetage seconde par seconde sur les sites d’info

Les mots "incroyable", "miraculés", "explosion de joie"… reviennent mercredi sur de nombreuses pages d’accueil des sites d’information, qui ont, pour la plupart, suivi en direct le sauvetage des 33 mineurs chiliens, bloqués à 600 mètres de fond.

Le blog d’actualité du New York Times, The Lede, par exemple, a diffusé, tout au long de la journéeune vidéo du sauvetage en direct.

Autre initiative remarquée : le site internet de la chaîne américaine CNN a mis en ligne un décompte spécial "mineurs" : "13:11:10" depuis le début de l’opération de sauvetage, "18" sous terre, "15 sauvés, affichait à 17h30, ce compteur.

La communion des internautes sur Twitter

Au même moment, sur les réseaux sociaux, l’heure était à "la communion" des internautes. "Gracias a dios", se sont exclamés les internautes, sur le site de micro-blogging Twitter, dès 5h10 du matin, quand le premier miraculé est arrivé à la surface…. Sur Twitter, le sauvetage des mineurs chiliens a d’ailleurs trusté le top 10 sujets les plus abordés de la journée au niveau mondial.

TRENDING TWITTER

© CAPTURE D'ECRAN TWITTER



Diplomatie 2.0

Sur le site, les tweets diplomatiques se sont ensuite succédés. Le président chilien Sebastian Piñera, en personne, a ouvert le bal : "Quelle émotion ! Quel bonheur ! Quelle fierté d'être chilien ! Et quelle gratitude pour Dieu", a-t-il écrit sur son compte Twitter.

Son ministre de la Santé a fait savoir, lui aussi sur le site, qu’il était avec les rescapés. Enfin, le ministre de la Planification, a également tenu à faire passer un message sur Twitter : "C'est un grand jour pour retrouver la foi en notre capacité collective à faire face à ce genre de défi". Bref, tous ont essayé de montrer qu’ils étaient associés à cette libération. Et la démarche fonctionne : la cote de popularité Sebastian Piñera, n'a jamais été aussi haute. Merci les mineurs !

L’amertume des internautes chinois

Reste que tous les internautes n’étaient pas à la fête, mercredi. En Chine, où les mines sont considérées comme les plus dangereuses au monde, les internautes ont, en effet, réagi avec amertume : "Bienheureux ceux qui sont nés au Chili. S'il s'était agi de nous, sans aucun doute nous serions morts enterrés vivants", a estimé un contributeur sur sohu.com.

"L'opération de secours au Chili a humilié la Chine. Il suffit de considérer le nombre de mineurs chinois tués dans les catastrophes minières", jugeait un autre internaute dans un message en ligne.

Un peu de LOL...

De leur côté, les internautes français, eux, ont préféré s’amuser de ce sauvetage en direct. "En ce moment, au #Chili, ils jouent au dé-mineur", notait par exemple un Français. Alors qu’un autre faisait valoir que "Gildas faisait partie des 33 coincés ?", quand le doyen des mineurs a regagné la surface.

Gildas

© CAPTURE D'ECRAN TWITPIC



Enfin, un dernier internaute français faisait remarquer que "les mineurs chiliens sont sapés comme les Beastie Boys". A voir…