Les Japonaises veulent être femme au foyer

  • A
  • A
Les Japonaises veulent être femme au foyer
Une enquête sur les jeunes Nippons montre que le schéma "femme à la maison, homme à l'extérieur" reste assez fort.@ REUTERS
Partagez sur :

Une enquête sur les jeunes Nippons montre que le schéma "femme à la maison, homme à l'extérieur" reste assez fort.

Les clichés ont de beaux jours devant eux. A la question "voulez-vous devenir femme au foyer?", une jeune Japonaise célibataire sur trois répond : "je crois bien effet" ou "tant qu'à faire oui", selon une étude du ministère de la santé. Cette vaste enquête sur l'état d'esprit des jeunes Nippons montre que le schéma "femme à la maison, homme à l'extérieur" reste assez fort, dans la gent féminine du moins. Quelque 34,2% des femmes non mariées de 15 à 39 ans veulent devenir "femmes au foyer", 38% souhaitent autre chose et les autres ne savent pas a priori.

30% des hommes préfèrent que leur épouse travaille. En revanche, seulement un homme sur cinq souhaite que sa future épouse reste à la maison, 50% ne sachant pas a priori et 30% préférant qu'elle travaille. Si on demande aux hommes et aux femmes pourquoi ils préfèrent que l'épouse restent à la maison, 61% répondent que "les femmes ont bien d'autres choses à faire que travailler à l'extérieur, comme les tâches domestiques et l'éducation des enfants", et 29% estiment que "le rôle d'une épouse est de soutenir son mari pour qu'il puisse travailler sérieusement".

Ensuite, pour 18% "le salaire du mari est censé suffire". Si les hommes sont cependant plus enclins à voir leur femme occuper une fonction professionnelle, c'est d'abord pour des questions économiques, les émoluments du mari, surtout quand il est jeune salarié, n'étant plus toujours jugés suffisants pour faire vivre une maisonnée. Les jeunes filles pour leur part restent souvent persuadées que le travail à l'extérieur n'est pas un lieu d'épanouissement, notamment parce que les entreprises ont tendance à les cantonner à des tâches subalternes donc décourageantes.

Des jeunes femmes découragées. Seules celles qui sont extrêmement motivées parviennent à prendre des fonctions d'encadrement, mais elles ont aussi tendance à quitter leur emploi lors de la naissance d'un enfant et à abandonner alors l'idée de faire carrière, du fait de la pression sociale sur les mères et du manque d'infrastructure d'accueil des tout-petits. L'enquête, dont le résultat rejoint de précédents travaux sur le même thème, a été effectuée fin mars auprès de 3.133 personnes de 15 à 39 ans.